Sur ABC, l'équivalent américain de TF1, Iris Brey a suivi une émission de télé-réalité dérivée de The Bachelor : Bachelor in Paradise.

Les deux candidats au coeur de la polémique
Les deux candidats au coeur de la polémique © Getty / Paul Hebert

L'un des candidats, DeMario Jackson est accusé d'avoir eu des interactions sexuelles non consenties avec l'une des candidates : Corinne Olympios pendant le premier jour de tournage. La production s'arrête dès le lendemain le 5 juin dernier. Sur les images, on voit clairement la candidate trop saoule pour avoir pu donner son consentement.

Warner Bros suspend l'émission et lance une enquête interne dont la conclusion est pour le moins surprenante. Puisque le tournage reprend le 22 juin comme si de rien n'était. Sauf qu'ils vont utiliser cet événement pour jouer un double jeu.

D'un côté, ils vont dispenser une sorte de cours d'éducation au consentement sur la forme d'une discussion assez inédite entre les participants et l'animateur. Et de l'autre, ils vont exploiter le filon en faisant de la question : "Corinne a-t-elle été violée alors qu'elle était ivre ?" devient l'élément de suspense principal.

La principale intéressée à alors pris la parole en public la semaine dernière pour expliquer que tout était totalement faux. Et qu'elle était désolée pour son comportement dû à un mélange de médicaments et d'alcool.

Pour elle, le véritable coupable, ce sont les médias, qui ont contribué à ternir à sa réputation en la décrivant comme une "fille facile." Une affaire qui a par ailleurs contribué à exacerber les tensions raciales, les deux protagonistes étant noir pour l'un et blanche pour l'autre.

En réalité c'est plutôt la franchise Bachelor qui a commis la faute la plus grave quand toute une équipe continue à filmer une interaction sexuelle où visiblement l'une des personnes n'est pas consciente. Les participants ne sont donc plus protégés. Le contrat tacite entre le spectateur et l'émission est clairement violé. On ne peut donc plus parler de télé.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.