Chaque jour, en allant au Jardin des Plantes, Marc-André Selosse passe devant la statue de Lamarck. Le socle proclame : "Au fondateur de la doctrine de l'évolution". Car si d’autres, comme Darwin, ont fait progresser les sciences de l'évolution, celles-ci sont nées en France, au siècle des Lumières !

La statue de Jean-Baptiste Lamarck au Jardin des Plantes
La statue de Jean-Baptiste Lamarck au Jardin des Plantes © Getty

A quoi servent ces sciences, aujourd’hui ?

Elles  expliquent nos origines, la vie qui nous entoure et ses changements.  Les sciences de l'évolution permettent d’anticiper. Par exemple, le  remède  au SIDA, la trithérapie, est basé sur un raisonnement évolutif. Face à  ce cocktail de trois molécules la probabilité qu’un virus ait les trois  mutations nécessaires pour survivre est si faible que… c’est un mur  évolutif infranchissable. 

Mais  l’évolution pourrait servir ailleurs. Par exemple, notre utilisation  actuelle des herbicides sélectionne rapidement des herbes résistantes ;  nos  prescriptions désordonnées d’antibiotiques sélectionnent des bactéries  résistantes. Des approches évolutives éviteraient que nos actions se  retournent contre nous le lendemain, en santé ou dans l’environnement.

Alors, il faut juste prendre l’évolution en compte ?

Pour  cela, il faut aussi les enseigner : or, l'évolution et son enseignement  ont perpétuellement été combattus par des fondamentalismes religieux.  Les  créationnistes, qui lisent littéralement la Bible, veulent empêcher son  enseignement. En France, il a fallu combattre pour enseigner  l’évolution ; ce n’est pas gagné ailleurs, comme aux Etats-Unis. Là-bas,  des créationnistes protestants et une théorie dérivée,  l’intelligent design, tentent de limiter l’enseignement des sciences de l’évolution.

Et chez nous, alors ?  

C’est  là où je veux en venir. Nous sommes tous sous le choc de l’assassinat  de Samuel Paty – d’ailleurs, je voudrais dédier cette chronique à sa  mémoire.  Cet atrocité a révélé la difficulté d’enseigner la citoyenneté ; il  montre l’exposition des porteurs de messages laïques et civiques face  aux fondamentalismes. Or, les sciences de la vie et de la Terre (les SVT  comme on dit) sont exposées depuis longtemps,  quoique dans l’indifférence, aux fondamentalismes.

L’évolution est une cible du fondamentalisme islamique : en 2007, un défenseur turc  du créationnisme avait inondé nos collèges et lycées de milliers  d’envois gratuits d’un « Atlas de la création », richement illustré,  visant à réfuter l’évolution. Les fondamentalistes sont préparés et  financés pour ce qui est une guerre de communication ; ils devancent  l’école dans les esprits de certains enfants. Cela  explique des kyrielles de cours de SVT interrompus, de négations par  des élèves et de relations tendues dans certaines classes. L’éducation  sexuelle provoque d’ailleurs aussi des heurts. Les enseignants de SVT  sont parfois en échec, voire en danger. 

Mais que faire ?

Premièrement,  en parler : c’est fait. Deuxièmement, développer la formation continue  des enseignants pour comprendre les blocages et offrir des arguments  bien éprouvés. Troisièmement, il faut débuter des enseignements de SVT  dès le primaire, pour commencer « à temps ». Il faut aussi des heures  pour passer le message, alors que les SVT ont un horaire ridiculement  exigu dans le secondaire. Enfin, la question  dépasse les SVT : il faut construire des équipes pédagogiques  interdisciplinaires autour d’un projet commun, couvrant tout le cursus. 

La  science de l’évolution promet une nouvelle façon de gérer le monde.  Elle est nécessaire pour former les citoyens, les informer dans leur  santé et  dans ses choix environnementaux. Mais hélas elle est devenue un de ces  enseignements de la République qui passent mal et exposent ceux qui les  portent.

La "chronique du vivant" avec Marc-André Selosse du MNHN et en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle, sur l'enseignement des sciences de l'évolution

Marc-André Selosse
Marc-André Selosse © Radio France / Musée National d'Histoire Naturelle
Thèmes associés