Reporterre.net, le quotidien de l'écologie, est revenu sur les visons et le Covid, mais cette fois…. En Chine ! Depuis des mois, la question de la transmission du Covid aux humains par des visons est posée discrètement...

Reporterre.net , quotidien de l'écologie,  est revenue sur les visons et le Covid, mais cette fois…. En Chine ! 

Depuis des mois, la question de la transmission du Covid aux humains par des visons est posée discrètement. Notamment parce que la possibilité de cette transmission est apparue en avril 2020 aux Pays-Bas dans ces élevages d’animaux à fourrure. Puis, à l’automne, le Danemark a confirmé cette inquiétude, en lançant l’abattage de millions de visons pour éviter cette transmission. En décembre, Reporterre a révélé que c'est  à partir d’élevages de visons en Italie que la souche européenne du virus aurait pu prendre son élan pour se répandre sur le Vieux continent. 

Et la Chine ?  Les  journalistes Yann Faure et Yves Sciama ont continué leur enquête, et constaté que le premier producteur mondial de visons – petit animal exploité, rappelons-le, pour sa jolie et chaude fourrure – était, précisément la Chine. Elle est le premier producteur mondial de visons, avec plus de 21 millions de bêtes en 2018 !  Or, dans la recherche sur l’origine du virus du Covid, les scientifiques butent toujours sur la question : comment le virus présent chez les chauve-souris se transmet-il à l’homme ? Il faut un animal intermédiaire. Or le vison présente une sensibilité extrême au Covid et peut le transmettre aisément, comme l’avaient prouvé les chercheurs néerlandais. 

Mais cela ne prouve pas que les visons chinois ont été à la source de la pandémie ?  Une corrélation n’est pas une causalité. Les journalistes ont été plus loin. D’une part, ils ont lu des dizaines d’études scientifiques et ils ont constaté  depuis une quinzaine d’années, de nombreux cas de contaminations de visons par des virus, par exemple de la grippe ou de la grippe porcine ou de la maladie de Carré, avec parfois des transmissions aux humains. Et d’autre part, deux études chinoises ont montré en février 2020 que le vison avait un fort potentiel pour transmettre le virus du Covid aux humains. 

Mais… c’est très inquiétant ! Si tous ces indices sont là, pourquoi les autorités n’ont –elles pas enquêté ? C’est extrêmement inquiétant, parce qu’il faut absolument connaître la cause de cette épidémie de Covid. Mais essentiellement,  parce que la Chine a noyé le poisson. D’un part, elle avait l’idée que le pangolin était l’hôte intermédiaire – on s’est vite rendu compte que c’était faux. Et puis, elle a censuré début 2020 ses propres scientifiques. La dictature de Xi Jinping ne veut pas que l’on sache que la Chine pourrait être responsable – si c’est prouvé – de la pandémie qui a ébranlé l’économie et la société mondiales. Et puis, l’industrie de la fourrure n’est pas tout à fait négligeable, elle se compte en dizaine de milliards d’euros. On devrait en savoir plus, espérons-le, avec la délégation de l’Organisation mondiale de la santé qui se rend en Chine cette semaine, mais de nombreux obstacles ont été posés sur sa route par les autorités chinoises. 

avec Hervé Kempf, RC de Reporterre.net, le quotidien de l'écologie.

Thèmes associés