Dimanche prochain, le 20 juin, se tiendra le 1er tour des élections régionales… L’occasion de rappeler que les régions jouent un rôle important dans la transition écologique.

Aux abords des Vosges, près de Colmar, département du Haut-Rhin, France
Aux abords des Vosges, près de Colmar, département du Haut-Rhin, France © Getty / Jean-Philippe Tournut

Les régions, un échelon essentiel, à la fois proche des gens mais de taille significative

La Nouvelle Aquitaine par exemple est grande comme deux fois le Danemark, tandis que l’Île-de-France compte autant d’habitants que la Belgique.

Des territoires imposants, mais surtout, les régions disposent de nombreuses compétences écolos souvent méconnues d’ailleurs.

Ce sont notamment elles qui gèrent les TER, les trains express régionaux. C’est un levier très important, qui représente jusqu’à un tiers de leur budget. Une région peut ainsi décider d’ouvrir de nouvelles lignes, d’augmenter la fréquence des trains, de proposer des places pour les vélos dans ses wagons… Elle peut aussi développer des tarifs réduits pour inciter les gens à préférer le rail à la route.

De grandes « financeuses » de la transition écologique

En effet, elles attribuent plus des trois-quarts des aides de l’Union européenne, en particulier les aides agricoles. Sans avoir totalement carte blanche, elles ont une grande marge de manœuvre pour distribuer cet argent. Une région peut ainsi soutenir l’agriculture bio et l’installation de nouveaux paysans.

De la même manière, elles peuvent subventionner des centrales photovoltaïques, des parcs naturels ou des voies vertes…

À l’inverse, aujourd’hui, plusieurs régions financent des projets climaticides comme des aéroports ou des routes.

Attention tout de même à ne pas les surestimer… car les moyens des régions restent limités… leurs investissements représentent moins de 2 % de la dépense publique totale.

Les régions sont aussi en charge du Sraddet

Le Sraddett, c’est le schéma d’aménagement du territoire, c’est l’instrument phare de la région pour mettre en œuvre la transition écologique. Concrètement, il fixe des objectifs de réduction des gaz à effet de serre au niveau régional, mais également sur l’énergie, sur la biodiversité ou sur les déchets…

Surtout, on dit que ce schéma s’impose aux autres collectivités, ce qui veut dire que les communes ou les intercommunalités doivent intégrer les objectifs régionaux dans leur politique…

Un outil très puissant qui, dans les faits, ça ne marche pas si bien…

En effet, si on additionne aujourd’hui tous les Sraddett. on n’entre pas dans les clous de l’accord de paris sur le climat.

Ces feuilles de route pêchent soit par manque d’ambition, soit par manque de mise en œuvre concrète. En clair, ce sont bien souvent de belles coquilles, vertes mais vides…

À ce propos, l’Observatoire de la transition des territoires a lancé un Enviro-score, qui permet d’évaluer les efforts climatiques des collectivités : les résultats ne sont pas brillants. Aucune région ne dépasse la note de 11/20. Il y a donc du pain sur la planche pour les équipes qui seront élues le 27 juin…

Programmation musicale
Thèmes associés