C’est l’heure de retrouver comme tous les jeudis Evelyne Heyer, biologiste, professeure en anthropologie génétique, pour sa chronique en partenariat avec le Muséum National d’histoire naturelle.

De quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ? 

De l’Amérique, on en parle beaucoup, surtout de son avenir.. Moi je vais vous parler de son passé lointain, avant Christophe Colomb. 

Que sait-on de la colonisation de ce continent ?  

C’est le dernier grand continent colonisé par notre espèce après la sortie d’Afrique il y a environ 70000 ans, et la colonisation de l’Australie, de l’Europe et de l’Asie entre 50000 et 40000 ans… 

Qui sont les premiers arrivés là bas ? comment sont-ils venus ? 

L’analyse de l’ADN des amérindiens a démontré sans conteste que l’Amérique a été colonisée par des populations de Sibérie via le détroit de Béring, ce détroit entre l’Amérique et la Russie vers l’Alasaka. Pendant la grande glaciation d’il y a environ 20000 ans, il était possible de passer à pied de la Russie à l’Amérique. Cela me rappelle une mission dans le sud de la Sibérie, la région de l’Altai .. Pour travailler avec les villageois de la région, il nous faut l’appui des autorités locales.. Rien de tel que d’expliquer qu’avec l’ADN on peut retrouver l’histoire de nos ancêtres et que justement c’est ce type d’étude qui a pu démontrer que ce sont bien les sibériens qui ont colonisé l’Amérique.. Imaginez la fierté de cet officiel russe lorsqu’il apprend que ses ancêtres sont aussi ceux qui ont mis les premiers le pied sur ce continent américain !   

En quoi ces résultats sont surprenants ? 

Ce qui est surprenant, c’est que quasiment tous les amérindiens (sauf ceux du grand nord) sont issus de cette migration. Cela inclut même les populations de la terre de feu, tout au sud de l’Amérique.. Or elles sont bien différentes d’aspects de leurs cousins d’Amérique centrale ou d’Amérique du Nord. Des représentations des premiers européens arrivés là-bas montrent des individus costauds, qui résistaient au froid, pouvaient pêcher en apnée dans l’eau glacée de la Patagonie. A tel point que l’on pensait qu’ils étaient forcément issus d’une autre vague de peuplement, plus ancienne et différente de celles des autres « américains ». Pourtant il n’en est rien ! Leur aspect différent, leur adaptation au froid, est un phénomène récent. 

D’autres surprises avec ce résultat ? 

Oui, la date : Il y a des sites archéologiques qui sont bien plus anciens que cette colonisation de 15-20000 ans dont sont issus l’essentiel des amérindiens… Au Brésil certains sites datent de plusieurs dizaines de milliers d’année avant cette colonisation.. D’où venaient-ils qui étaient-ils ? Malheureusement aucun squelette aussi ancien n’a encore été trouvé. Et ils n’ont visiblement pas laissé de descendants 

Mais, est ce que les amérindiens ont pu venir par d’autres endroits ? 

L’hypothèse d’une arrivée par l’Océanie et donc d’un lien avec la Polynésie vient de reprendre des couleurs. L’ADN de certaines populations de Polynésie contient un petit peu de leur génome qui viendrait de Colombie en Amérique centrale. Le lien ancien entre Polynésie et Amérique avait déjà été révélée par des patates douces : les patates douces de la Polynésie de l’Est sont génétiquement issues de variétés anciennes de l’Amérique centrale et ce bien avant que les européens  amènent de nouvelles variétés en Polynésie. Voilà la preuve d’un contact ancien entre la Polynésie et l’Amérique via les patates ! 

Et maintenant, on retrouve la trace de ces échanges : dans l’ADN de certains polynésiens il y a des bouts de génome qui viennent d’Amérique centrale. Il y a donc bien eu des échanges à travers des milliers de km d’Océan de l’Amérique vers la Polynésie et ces échanges datent de plusieurs siècles avant les colonisations européennes. Ce qui laisse ouverte l’idée de voyages des polynésiens vers l’Amérique.. Mais pour l’instant si de tels voyages ont pu exister, les preuves génétiques et matérielles restent à trouver ..  

Programmation musicale
Les références
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.