Certains animaux paradent en rythmant et coordonnant mouvement, couleur et son. Ils se lancent alors dans une forme de danse... Chronique de Jérôme Sueur du MNHN.

Cordonbleu à joues rouges
Cordonbleu à joues rouges © Getty

Qu’est-ce que c’est que ce son, c’est du rap ?

Presque ! Il s’agit d’une araignée de la famille des Salticidae ici enregistrée par Damian Elias de l'Université de Californie à Berkeley. 

Ces petites araignées sauteuses et vivement colorées lèvent et courbent leurs pattes, bougent leur abdomen et produisent en même temps de manière coordonnée des vibrations qui passent par les feuilles ou le sol et atteignent les femelles attentives.

Omnibulé par les sons, j'en oublie souvent les corps. Or de nombreuses espèces animales communiquent avec différents types de signaux comme cette araignée : mouvements, couleurs et sons forment un tout cohérent, on parle alors de communication multimodale.

La communication multimodale ? Mais qu’est-ce c’est ?

La communication multimodale permet de transmettre plusieurs informations distinctes en même temps ou de répéter une information sous différentes formes pour mieux la transmettre. Pensez à l'arbitre qui siffle, lève le bras et montre un carton rouge en même temps. Trois signaux pour une seule information : dehors !

Certains animaux paradent en rythmant et coordonnant mouvement, couleur et son. Ils se lancent alors dans une forme de danse. 

Est-ce que les araignées sont les seules à danser ?

Non. Avant d'être le plat préféré de notre président, le cordon bleu (Uraeginthus cyanocephalus) est aussi un petit oiseau monogame d'Afrique dont les mâles et les femelles se courtisent réciproquement en chantant, en tenant une brindille et en sautant.

Nao Ota de l'Institut Max-Planck en Allemagne a eu l'idée géniale de filmer à très haute vitesse les mouvements de ces oiseaux. Elle a alors remarqué que le saut est en fait un pas alterné très rapide, de l'ordre de 25 à 50 fois par seconde. Les oiseaux font donc des claquettes invisibles par l'œil humain mais probablement détectables par l'œil des oiseaux et peut-être transmis sous forme de vibrations.

Voici un enregistrement dans lequel on entend le chant et les sautillements réguliers de la femelle, comme une pulsation musicale....

Un dernier exemple de danse animale, peut-être aussi chez les oiseaux ?

Le Ménure superbe (Menura novaehollandiae) est la star absolue des oiseaux chanteurs. D'une élégance folle avec une longue queue en étoile filante, cet oiseau lyre endémique à l'Australie est un chanteur fou qui intègre par imitation les chants d'une vingtaine d'autres espèces. Voici un enregistrement de Ménure réalisé par Marc Andersen de Wild Ambiance... 

Une étude dirigée par Anastasia H. Dalziell de l'Université nationale d'Australie a révélé que certains mâles de Ménure s'engagent dans une forme de chorégraphie où gestes et vocalisations sont précisément combinés. Cette capacité à danser serait l'expression d'une qualité individuelle qui pourrait être sélectionnée par les femelles spectatrices.  

« Le pas est la voix de la terre que le pied fait se lever du sol. » écrit Dominique Dupuy dans sa très sensible Sagesse du danseur comme un écho à ces pas de danse animaux. Alors fermons les yeux, ouvrons les oreilles, marchons et dansons en chœur, ce sera bien.

Le son de la Terre, une chronique de Jérôme Sueur en partenariat avec le Muséum national d'Histoire naturelle 

Site de la sonothèque du MNHN

https://nature.berkeley.edu/eliaslab/index.html

https://www.orn.mpg.de/person/59522/660919

https://wildambience.com/

Programmation musicale
Thèmes associés