On vous parle de cette capacité qu’ont certains humains de boire sans souci une grande quantité de lait. Ils arrivent à digérer le lactose contenu dans le lait : ils sont tolérants au lactose.

Pourquoi certains digèrent le lait et pas d’autres ?
Pourquoi certains digèrent le lait et pas d’autres ? © Getty

Le lactose est un gros sucre, pour être digéré il doit être cassé en plus petit sucre. C’est ce que fait une enzyme, la lactase, elle casse le lactose en glucose et galactose.

Grâce à cet enzyme, certaines personnes peuvent boire un litre de lait sans être incommodées ! Les autres qui ne digèrent pas le lactose, s’ils en boivent plus d’un verre, vont avoir des diarrhées, des crampes abdominales, des gaz.

Mais alors pourquoi certains digèrent le lait et pas d’autres ?

Ce qui est surprenant c’est en fait que certains adultes humains digèrent le lait !

Cette lactase existe chez tous les mammifères, tous boivent du lait dans leur jeune âge. Mais cet enzyme n’est exprimé que quand on est nourrisson. Elle s’arrête d’être produite au moment du sevrage, et donc est absente à l’âge adulte.

Par exemple une vache ne digère pas le lait, les chats adultes non plus à de rares exceptions. Donc normalement comme nous sommes des mammifères nous ne devrions pas digérer le lait une fois adulte nous devrions tous être intolérants au lactose.

Pourtant il y a des populations humaines où presque tous les adultes digèrent le lait. Leur lactase est présente tout au long de leur vie.

Comment expliquer ces populations hors norme ?

Voilà ce que l’on sait : ce sont toutes des populations dont les ancêtres sont devenus éleveurs il y a quelques milliers d'années et ont donc commencé à intégrer le lait dans leur alimentation d’adulte. Depuis quelques années on connait le mécanisme génétique.
C'est une mutation d'une seule lettre de l’ADN qui permet à la lactase de rester présente à l’âge adulte. Cette mutation est devenue avantageuse lorsque les premiers éleveurs se sont mis à boire du lait. Ceux qui portaient la mutation ont mieux survécu, ils ont eu plus d’enfants, leurs enfants qui portaient la mutation ont à leur tour eu plus d’enfants. Ainsi au fil des générations, la mutation est devenue de plus en plus fréquente.
Par exemple, maintenant en Europe du nord plus de 80% des individus portent cette mutation et sont tolérants au lactose. En Afrique dans certaines populations d’éleveurs, c'est une autre mutation qui atteint une fréquence toute aussi élevée. Au Moyen orient encore une autre mutation.

Est-ce rapide ?

Cela prend plusieurs centaines de générations. En Europe on pense que la mutation a commencé à augmenter en fréquence il y a 8000 ans. Au moment où l'élevage devient important. C'est un bel exemple où les humains changent leur environnement, ici ils deviennent éleveurs et en retour cela les fait évoluer génétiquement.

Mais, attention la mutation n’apparaît pas car on se met à boire du lait, elle existait avant, ne servait à rien et elle devient intéressante dès qu’on se met à l’élevage.

Il reste des mystères autour de cette tolérance au lactose. Des populations d'Asie centrale, de Mongolie de Sibérie ont une alimentation basée sur le lait et les produits laitiers pourtant ils n'ont pas cette mutation. Comment font-ils ? On pense à deux solutions possibles. Une adaptation technologique : le lait qu’ils utilisent fermenterait très facilement. C’est le cas pour le lait de jument et de chameau. Or le lait fermenté contient des bactéries qui font le travail de digérer le lait à notre place. Ou alors une adaptation par une flore intestinale différente.

Cela reste à tester !

Programmation musicale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.