Comme tous les jeudis Evelyne Heyer, biologiste, professeure en anthropologie génétique propose de nous raconter la transition Néolithique, il y a environ 10000

Evelyne Heyer va nous raconter une période de changement majeur dans l’histoire de notre espèce et de son rapport à la Nature. La période que l’on appelle la transition Néolithique, il y a environ 10 000 ans.

Que se passe-t-il et en quoi est-ce majeur ? C’est à cette période que nous commençons à domestiquer la nature. Jusque-là l’essentiel de notre nourriture dépendait de la chasse et de la cueillette. Mais il y a environ 10 000 ans, nos ancêtres inventent l’agriculture et l’élevage. C’est un changement majeur. Nous commençons à domestiquer des animaux pour leur viande, leur lait, leur laine.. Mais aussi nous commençons à planter, à sélectionner et donc à modifier considérablement certaines plantes. C’est le début de notre impact majeur sur la Nature.

Et où cette transition a-t-elle eu lieu ? En plusieurs endroits de la planète ! En Chine les humains domestiquent le riz et le millet, dans les Amériques ce sont le maïs, les pommes de terre, en Nouvelle-Guinée le taro, en Afrique le sorgho, au Moyen-Orient, dans le croissant fertile,  le blé et l’orge. Et ce de manière indépendante !

Pourquoi est-ce un moment si important dans l’histoire de l’humanité ? Cette transition entraîne des changements majeurs non seulement sur la Nature, mais aussi sur les populations humaines. Les populations humaines commencent alors une forte croissance démographique. C’est difficile d’estimer le nombre d’habitants dans ces périodes, mais on voit clairement plus de sites archéologiques et une plus forte densité d’habitats. On passerait de moins d’un million sur la planète à quelques millions, voir dizaine de millions. Le deuxième changement majeur est la sédentarité, c’est l’émergence des villages puis plus tard des villes.  Plus de gens, plus de densité, cela entraîne une détérioration de l’état de santé. Les premières épidémies apparaissent. Ainsi le début de l’agriculture n’est pas l’âge d’or, mais c’est plutôt l’inverse.  L’âge d’or serait plutôt avant, chez les chasseurs-cueilleurs.  Il a été estimé qu’avant l’agriculture, les chasseurs-cueilleurs n’avaient besoin de dédier que 2 – 3 heures par jour à la quête de nourriture. Le reste du temps pouvait être utilisé à d’autres loisirs… 

Mais alors pourquoi sommes-nous (presque) tous devenus agriculteurs ? Les agriculteurs ont gagné démographiquement. Ils sont devenus plus nombreux que les autres. Une des hypothèses est que la sédentarité aurait réduit les intervalles entre naissance. Même si l’on était en moins bonne santé, cela aurait été compensé par plus d’enfants. Et, une fois bien lancé dans l’agriculture qui, finalement, permet de nourrir plus d’individus sur une surface plus réduite, il est quasi-impossible de revenir en arrière. Le grand débat autour de ce changement majeur était de savoir si ce sont les agriculteurs qui ont remplacé les chasseurs-cueilleurs ou si ce sont les chasseurs-cueilleurs qui se sont mis à l’agriculture. Un remplacement démographique ou juste technologique en quelque sorte. Ce sont les études de l’ADN des populations humaines du passé ont permis de régler cette question en Europe.

Alors, comment ce changement s’est-il passé en Europe ? L’agriculture n’est pas inventée en Europe. Elle arrive du Moyen-Orient, plus précisément de l’Anatolie au sud de la Turquie. Elle atteint l’Europe, il y a 9000 ans et la France il y a 8000 ans, l’Angleterre et les pays Baltes il y a environ 6000 ans. Et ce par deux chemins : la méditerranée et un autre chemin via le Danube. En comparant l’ADN des populations avant l’arrivée de l’agriculture avec celles après l’arrivée, on voit qu’il y a eu un changement de population. Ce sont des individus pratiquant l’agriculture qui sont arrivés et ont remplacé les chasseurs-cueilleurs. 

Les chasseurs-cueilleurs ont disparu ? En fait, non, on voit dans le génome qu’ils se sont petit à petit mélangés avec ces nouveaux venus du Moyen-Orient et sont devenus eux aussi agriculteurs. Ainsi, en Europe, nous sommes à la fois descendants des chasseurs-cueilleurs peintres des grottes de Lascaux et des agriculteurs-éleveurs venus du Moyen-Orient… Et d’autres arrivées plus tardives, mais ce sera une autre histoire..

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.