Pour cette nouvelle chronique du vivant, le professeur au Muséum national d'histoire naturelle Marc-André Selosse nous plonge dans l'automne, ses couleurs et ses goûts. Pourquoi les feuilles ont-elles différentes nuances ? Quel rôle joue la chlorophylle ? Quelles sont les diverses hypothèses expliquant les couleurs ?

Cette coloration automnale est si habituelle qu’on ne se demande même plus sa raison d’être. 10% des espèces d’arbres des régions tempérées rougissent, 15% jaunissent, et de nombreux arbustes changent aussi de couleur. Les paysages sont parfois magnifiques, comme dans le vignoble par exemple.

Les composants comme la chlorophylle sont démontés et mis en réserve dans le tronc avant la chute des feuilles, démasquant d’autres composants jaunes… Mais la disparition de la chlorophylle n’explique pas tout… Considérez les feuilles qui rougissent : si elles avaient contenu du rouge auparavant, elles auraient été pourpres (mélangez du vert et du rouge, vous verrez). En fait, les couleurs automnales résultent d’une production de tannins. 

Certains sont incolores ; d’autres sont rouges, comme les anthocyanes qu’on retrouve dans le vin rouge ; d’autres, comme les flavonoïdes, sont jaunes. La feuille automnale produit donc des tannins aux couleurs variables !

Plusieurs hypothèses tentent de l’expliquer. Selon la première, ce serait des déchets que la plante accumule dans la feuille mourante. Elle le fait pour d’autres substances, comme l’aluminium ou le calcium, car une feuille qui tombe est l’occasion d’expulser des déchets. Mais la fabrication de ces tannins coûte cher en énergie… Ce ne sont pas donc pas des déchets ; ils ont sans doute un rôle !

Une autre hypothèse suggère un rôle d’adaptation à l’automne. La disparition de la chlorophylle rend en effet la feuille plus sensible à la lumière : les tannins la protègeraient, d’autant qu’ils absorbent les UV. Cette sorte de crème solaire améliorerait la santé des cellules pendant qu’elles recyclent leur contenu vers le tronc.

En plus, les tannins captent l’énergie lumineuse (par exemple, toutes radiations non-rouges dans des feuilles rouges) et la relâchent sous forme de chaleur : cela réchauffe la feuille, en une protection contre les frimas de l’automne ! Enfin, le vieillissement de la feuille produit des radicaux libres, très oxydants, que les tannins détruisent car ce sont de bons antioxydants.

L’été indien, au Canada, est plus coloré que chez nous : il y a plus de tannins, or justement, les automnes sont plus lumineux et plus frais là-bas ! 

En outre, des arbres mutants incapables de produire des tannins supportent mal les épisodes froids ou de forts éclairements en automne. De plus, ils recyclent moins bien les composants des feuilles vers les troncs. Cela montre que les tannins aident les cellules à fonctionner en automne. 

L’automne est donc un feu d’artifice de tannins. 

On comprend pourquoi les arbres et les arbustes sont colorés : seules les plantes qui vivent plusieurs années doivent recycler le contenu des feuilles avant leur chute ! Mais l’idée d’une protection des feuilles âgées néglige d’autres aspects de l’écologie des plantes.

Thèmes associés