Mélanie a écouté le nouvel album de Marcel Amont "Par dessus l'épaule"

Marcel Amont
Marcel Amont © Getty

C’était en 2009, le jeune chanteur Alexis HK, réunissait sur un air de mafia italienne, de grandes stars de la chanson française, pour  le clip de : “les affranchis”. Dans le rôle du parrain, le grand Jean-Louis Foulquier de France Inter et des Francofolies. On y croisait aussi Charles Aznavour et sa chanteuse coup de coeur à l’époque Agnès Bihl, mais aussi Michel Fugain, Juliette et bien d’autres. 

Cette idée que la scène chanson, héritière du music hall, soit  une famille recomposée avec ses propres lois fait mouche pour Alexis HK. Car c’est vrai, la chanson ce genre spécifiquement français, écrasé par le poids de son histoire, impose ses codes, c’est une famille que beaucoup de jeunes artistes rêvent d’un jour intégrer,  un passe pour la postérité. Mais la barre est haute. 

C’est à cela que j’ai pensé quand j’ai regardé les images de l’enregistrement de votre dernier album, Marcel Amont, "Par-dessus l'épaule", cette joie de se retrouver entre légendes de la musique comme à un dîner de  famille, avec cette émotion de voir Charles Aznavour, bien vivant et cette tendresse doublée d’un profond respect. 

Dans votre disque à sortir le 12 octobre, "Par-dessus l'épaule",  ce sont les auteurs-compositeurs, de vos chansons que vous êtes allés chercher pour des duos, un retour d’ascenseur,  un acte de tendresse, une histoire de famille. Charles Aznavour, Francis Cabrel, Alain Souchon, Maxime Le Forestier, François Morel, Aldebert... Il ne manque plus que Georges Brassens en hologramme sur ce disque, personnifié, dans l’album par un autre moustachu grognon de la chanson. Francis Cabrel.  

Il y a tant d’histoires, tant de légendes pour nous petit public émerveillé, au delà des chansons de ce disques. Un voyage joyeux dans le temps. Car c’est cela que l’on aime avec vous, cette espièglerie, cette légèreté, ce plaisir que vous prenez à ne pas vous prendre au sérieux. votre voix flotte telle la mélodie du joueur de flûte des frères Grimm, joyeuse et irrésistible pour nous petits rats. 

Une valse avec Alain Souchon. Des Moulins et du cœur de Michel Legrand. Aldebert Viva la Vida. Monsieur avec François Morel. Une histoire de famille qui manque peut-être un peu de femmes, mais écrite aussi avec votre sang, une “ Samba d’été ” classique brésilien traduit en 1967 chanté avec votre fils, Mathias Miramont pour terminer cette chronique Par dessus l'épaule. 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.