Pour rétablir la balance entre chansons de verges et chansons féministes, j’ai décidé aujourd’hui de vous faire découvrir l’album 'Il était une femme' d’Agnès Bihl, sorti il y'a quelques jours. Un disque qui ne rigole pas avec la condition de la femme...

Cher Max, vous avez déclaré  dans la presse, à Marseille : "Il est temps que l'on devienne le sexe faible”, un changement de cap impressionnant depuis vos années de chanteur sur Youtube qui, je le rappelle, avaient généré à l’époque, en 2010, des millions de vues avec des titres de sexe fort, limite, limite en terme de respect de la femme...

Max Boublil - J'aime les moches ( CLIP OFFICIEL ) à 40” le refrain 

Nan, mais ça va, on aime l’humour et nous les femmes, vu le peu d’hommes qui font des efforts question beauté, ça fait longtemps que, comme vous, on se trouve des raisons de chanter qu’on aime les moches. Mais vous avez changé, Max,  40 ans, une femme et des enfants, alors forcément, vous n’êtes plus éligible pour les prix du slip d’or de Charline, vous avez senti le vent féministe venir et nous vous en remercions toutes. Mais pour tout de même rétablir la balance entre chansons de verges et chansons féministes, j’ai décidé aujourd’hui,  de vous faire découvrir l’album « Il était une femme » d’Agnès Bihl, sorti il y'a quelques jours, un disque qui ne rigole pas avec la condition de la femme. 

Alors, c’est compliqué la chanson, c’est un genre un peu désuet et historiquement sexiste, il est donc bien difficile d’y être complètement sincère quand on est une femme, et c’est justement ce qui me fascine avec Agnès Bihl, cet  incroyable courage de soldat de la musique, elle est vraie, tellement vraie que ça fait pleurer de tristesse ou de rage parfois de l’écouter chanter, elle est blonde et brutale. Cela dit, rappelons-le, elle a débuté avec Aznavour et Anne Sylvestre, il y'a 20 ans, elle en a brûlé des planches, elle a même appris, à force, à mettre un peu d’eau dans son quart de rouge, enfin, un tout petit peu d’eau....

On est pas surpris de croiser Agnès Bihl, avec Le collectif “Femmes Solidaires” le bras levé dans les rues de Paris, ni même avec les gauchistes Frederic Fromet , Guillaume Meurice et le pire de tous Alex Vizorek en soutien à grève de Radio France. Agnès, ne milite pas pour la forme, elle est indignée et tête brûlée, elle est la parisienne originelle du 18è arrondissement, pas celle qui fait un défilé de mode et un selfie à chaque fois qu’elle fait ses courses, non, la vraie parisienne celle qui porte bien haut l'héritage des gouailleuses, des danseuses Cancan et des bars à putes dans son sang. Clin d’oeil à votre ami Michou, Max, je parle de ce Paris là. Elle fêtera d’ailleurs ses 20 ans de scène le 8 mars, à la Cigale à Paris, je sais de source sûre qu’elle a cassé son cochonnet pour organiser une grande journée de la femme ouverte dès 15h30 en entrée libre avec des asso et des discussions avant d’y faire un grand concert, pas cher, parce qu’Agnès n’est pas que féministe, elle est aussi fan du chanteur Renaud des années 80. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.