Mélanie Bauer nous parle aujourd'hui d'un anti-popstar nommé Saint Germain, qui sort "Tourist Travel versions" sur les plateformes à partir du 29 janvier !

Rarement dans ma carrière de journaliste musicale, j’ai rencontré plus énigmatique artiste que Ludovic Navarre alias Saint Germain, et j’en ai connu des bizarres , des qui feraient passer Meurice pour un scoot et VDB pour un coach de vie…. Mais Ludovic Navarre, est probablement le plus à part car il est l’anti popstar. Vénéré depuis les début de la French Touch, il ne s’est jamais prétendu musicien, jamais il ne s’est vanté d’être un des artistes majeurs de la scène électronique, il est discret sans pour autant être inaccessible Pendant des années d’ailleurs après ce qui fut probablement un des disques les plus marquants de la scène électronique française,Boulevard en 1995, on ne l’a vu se pavaner sur les plateaux télé. 

Vous avez dansé là dessus ? C’est quand même complètement dingue, si on google, Ludovic Navarre, il est partout placardé  musicien de jazz et quand on lui demande de parler de sa musique, il se dit incapable de jouer d’aucun instrument. Il est la réponse à tous les débiles qui pensent que DJ, ce n’est pas jouer, que les instruments sont inscrits dans le marbre de la grande musique, que si t’as pas de cordes ou que tu sais souffler, tu n’es pas artiste. Heureusement  la musique, c’est plus complexe que ça. C’est un griot en Afrique, une platine vinyle qu’on torture à New York,  un accapela sur un balcon en Italie, et ici, un geek passionné de musique qui fait du jazz pendant des heures en découpant des sons sur son ordinateur. 

Saint Germain, c’est ce son pur,  pionnier des artistes confinés, inventeurs du home studio et de la boucle parfaite, secret, mais sans masque, sans image ou mythologie, juste la beauté d’un travail bien fait. Un amoureux authentique de la musique avec le talent de savoir la réinventer. Alors, aujourd’hui, la boucle est bouclée, car il ne découpe plus les autres, il se revisite lui même, avec " tourist travel versions"  sur les plateformes à partir du 29 janvier et déjà une nouvelle version de son titre Rose Rouge, celui-ci : 

Et aussi, cet incroyable moment de flûte avec du flûtiste Burkinabé, Dramane Dembélé, clin d'oeil à l'Amapiano, nous explique-il , un genre de Deep House, d'Afrique du Sud, un titre qui au départ en 2000 faisait 8 minutes, et qui aujourd’hui, 20 ans plus tard après rebouture, n’est fait plus que 3 et demi.