Mélanie Bauer nous emmène à la découverte d'un groupe définitivement multiculturel formé en 2019 par une chanteuse arménienne et un multi-intrumentiste français. Mêlant mélodies traditionnelles, folk arménienne et rythmes modernes pour un résultat plus que dansant !

Ladaniva  est un groupe multiculturel fondé fin 2019 par la chanteuse arménienne Jacqueline Baghdasaryan et le multi-instrumentiste français Louis Thomas. Résolument dansant, le groupe marie des touches fraîches de folk arménienne avec des mélodies et rythmes traditionnels d’ailleurs (maloya, reggae, balkaniques, africains, arabes…) pour créer une musique moderne et dynamique tout en étant emprunte d'histoire et de tradition.  Ladaniva  est devenu célèbre immédiatement après la sortie du clip Vay Aman, à (re)découvrir de toute urgence !

Une claque musicale pour la RTBF ! Mais aussi pour pas mal de radios de bon goût, le groupe Ladavina, inspiré du nom d’un 4x4 russe commercialisé dans toute l’Europe de l’est depuis la guerre froide. Très jeune duo formé il y a seulement un an par la chanteuse arménienne de 24 ans, Jacqueline Baghdasaryan et du trompettiste jazzeux français Louis Thomas. Un EP, qui je dois l’avouer m’avait échappé alors qu’il faisait son petit chemin en numérique, programmé cet hiver en vidéo aux Transmusicales de Rennes avec ses airs des balkans. 

Cette jolie voix nous vient de Biélorussie, c’est là que Jacqueline a grandi avant de s’installer à Lille, à 19 ans, elle vivait en foyer avec sa mère, sa vie, c’était déjà un couvre feu à 19h. Et puis, la chance, un soir elle s’échappe, sort boire un verre et le musicien de jazz Louis, très vite, un single, puis deux et un premier disque confiné, mélange d’un peu de tout, du folk arménien, bien sûr, mais aussi des rythmes maloya, reggae, arabes et même ô surprise un titre qui pourrait s’apparenter à de la trap, vous savez le nouveau rap des jeunes. 

Ladaniva, n’a pas eu la chance de rencontrer son public comme la tradition le veut sur scène. Leur parcours est atypique, ils sont célèbres d’abord grâce à leurs clips, le premier Vay Aman accumule 9 millions de vues puis par des lives filmés pour les radios ou les festivals condamnés au numérique. Leur carrière reste pour le moment virtuelle. Ils ont construit leur image avant de connaître la scène, ils doivent tout à leurs clips, de charmants concentrés de fraîcheur et de joie de vivre, ce soleil qui nous manque tant. 

Alors je vous le disais les titres de Ladavina m’avaient échappé cet hiver jusqu’à la sortie du nouvel EP en février du chanteur géant Nantais à moustache, Voyou, Chroniques terrestres ( vol 1 ) Voyou ne chante plus sur ce disque, petit bijou de jazz noctambule, sur seule résonne la voix de Ladavina, sur la chanson Malika, un véritable chef d’oeuvre de trompette et d'allégresse. Accompagnée d’un superbe clip, comme toujours avec Voyou, l’image épouse parfaitement le son. Voilà, deux découvertes pour le prix d’une, Voyou et Ladavina, Malika

L'équipe
Thèmes associés