Etrange personnage que ce petit garçon de bois, Pinocchio du clair obscur, Woodkid, dont on découvrait l’univers anxiogène, il y a sept ans avec son premier album "The Golden Age".

Yoann Lemoine, une carrière internationale, une notoriété portée par des collaboration à l’image avec des stars, Drake et Lana Del Rey, un artiste qui semble en quête d’humanité, cherchant l’émotion partout où elle se cache, même dans la moustache des chanteurs populaires ….

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Une reprise de Cabrel, on ne vous attendait pas là, avec du français de top 50 et pourtant, Cabrel, c’est le chanteur qui vibre d’amour en faisant la gueule sur les plateaux télé. Ca vous correspond bien ce paradoxe. Woodkid, c’est une mécanique enrayé, qui utilise les sons qui ne tournent pas rond pour chercher les clés du grand mystère de l’intime. Chercher l’émerveillement dans les sons du réel, se perdre dans le cliqueti des sentiment. Cette démarche que l’on retrouve dans les premiers morceaux diffusés de ce nouvel album S16,  était déjà là sur le premier disque, la rythmique martiale du beat et la chaleur d’un timbre de voix bien huilé. L’homme et la machine, le petit garçon mécanique qui fuit les monstres cachés sous son lit. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Car c’est de cela qu’il s’agit avec ces nouvelles chansons, la machine ou plutôt le fonctionnement de la machine, qu’elle soit immense avec Goliath, industrielle, écrasante et polluante, ou qu’elle soit intime avec nos propres conditionnements. Vous en avez d’ailleurs enregistré, bidouillé des sons de ferrailles artistiques au musée, vous vous êtes amusé à les faire dérailler, créant ainsi ce sentiment d’impuissance face à nos angoisses de fin du monde mais aussi de mort, l'arrêt de ces petites machines que nous sommes, puissante et si fragiles. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C’est d’ailleurs amusant de voir les vues s’accumuler sur la page youtube de ce clip, Goliath, prémisse du nouvel album, encore un cliqueti, 2 903 099 vues, quand j’y suis passée ce matin, et je me disais , voilà encore une machine, virtuelle cette fois, dont on observe sans rien faire la progression vers le succès…..Et c’est vrai que c’est fascinant quand on adopte votre regard, que l’on se plonge dans ces nouvelles chansons, on se dit qu’effectivement  tout est addiction, de l’ensemble d’une société qui court à sa perte car elle n’arrive pas à se remettre en question, à dire adieu à ses mauvaises habitudes, à l’individu qui fuit son humanité en cherchant des raisons rationnelles à sa violence contre lui-même ou contre les autres. Mais ce qui est joli dans ce titre que l’on va écouter, Pale Yellow, c’est que Pinochio est devenu un vrai petit garçon et quand il lutte contre lui même, il se dit, je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai. Woodkid. 

https://umusic.box.com/s/20vbsl7s5qcpu2f3ibrb3pdzbuatns7q 

Les invités
  • WoodkidArtiste auteur-compositeur-interprète, musicien, réalisateur, graphiste
Les références
Thèmes associés