Fan absolue de son oeuvre, Mélanie Bauer nous parle de Louis Warynski, dit Chapelier fou, un artiste lorrain découvert à la fin des années 2000. Avec sa musique électronique, il explore de nouveaux horizons.

Rho, la, la, je suis très contente de pouvoir vous parler de lui aujourd’hui, parce que je suis vraiment fan. Ca va vous parler peut-être vous plaire à vous aussi cher invité, car j’ai cru lire quelque part que vous aviez fait du violon avant de vous lancer dans le théâtre.  Il s’agit de Louis Warynski, un grand artiste, dont je suis le travail depuis longtemps, je vous avais déjà d’ailleurs présenté un de ses disques, ici, même, en 2016, son pseudo c’est : Chapelier Fou. Violoniste formé au conservatoire de Metz, on le découvre en 2009 avec un mélange savant de boucles, de machines et surtout son violon comme maître de cérémonie. Il sortait à l’époque, sur  le label indépendant nancéien Ici, d'ailleurs... à seulement, 25 ans, son premier titre Darling, Darling, Darling

Chapelier Fou : Darling, Darling, Darling  

Son label est aussi celui du jeune Yann Tiersen, alors très vite on le compare au grand compositeur breton, mais Chapelier Fou, est plus expérimental,  nouvelle génération, son violon est électronique. Alors depuis 2009, Louis, a fait du chemin sur les difficiles routes de la musique expérimentale, croisé le chemin de Bjork, flirter avec l’art contemporain et il y a quelques semaines, il m’a de nouveau épaté avec une création inédite autour d'Erik Satie, à  l'initiative de la très dynamique FIP, une demi-heure de réflexion et de voyage avec le pianiste libanais, Bachar Mar-Khalifé. 

Variations : Chapelier Fou & Bachar Mar-Khalifé jouent Erik Satie

Moi, ça me fascine, cette capacité à rafraîchir cette musique minimaliste et répétitive en lui ouvrant de nouveau horizon. Alors, on sait que Satie est à l'origine de beaucoup des musiques modernes, mais ici, les variations de Louis Warynski avec l'immense compositeur de la dynastie Khalifé, Bachar Mar ne voyagent pas que dans le temps, le piano, violon, machines, s’envole jusqu’au Liban, nous revient, médite, c’est à regarder absolument en vidéo, sur Youtube. C’est là, le mystère Chapelier Fou, l’exploration sans cesse de nouveaux horizons. Ici, le triangle des Bermudes.

Chapelier Fou - Le Triangle des Bermudes 

On y est, c’est étrange, aquatique, on imagine bien des vaisseaux se perdre dans cette musique. Donc, voilà, Chapelier Fou sort un nouvel album “Méridiens” le 28 février prochain, c’est du rêve, de la finesse, de la beauté pure, toute en maîtrise et en mélodies subtiles. 

Programmation musicale
  • Duffy
    DuffyMercyLabel : AZ/UNIVERSAL2008
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.