Morgane Cadignan n'aime pas l'auteur de bande dessinée Zep, invité dans la Bande Originale pour le 17ème tome de Titeuf intitulé "Titeuf, la grande aventure", paru aux éditions Glénat.

Zep je ne vous aime pas mais vous m’avez appris le sexe... Hum. Non. Je recommence : Zep, je ne vous aime pas parce que devinette : à quoi reconnaît-on une BD qui a énormément de succès ? Réponse : elle sort en 2001, accompagne le début de ma vie sexuelle, et elle est rééditée en 2020 pour accompagner la mort de ma vie sexuelle. M’enfin, c’était un beau voyage quand même. 

Non mais ZEP quoi ! "Le guide du zizi sexuel", j’avais 12 ans, je me souviens tellement de cette couverture violette, j’ai appris tant de choses. J’ai construit ma vie sexuelle sur Titeuf en gros, ça explique sûrement pourquoi je me sens souvent étrangement attirée par Gérémy Crédeville quand il a les cheveux en l’air. 

C’est fou, on lisait tellement tous Titeuf que tu ne pouvais pas vomir tranquillou au fond d’un car scolaire en sortie sans qu’on t’appelle Vomito tout le reste de l’année quoi. Tous les mecs étaient Titeuf, toutes les filles étaient Nadia. Je me souviens particulièrement de la page titrée “c’est quoi être amoureux ?“ et la réponse c’était : “On a des copains et des copines et un jour il y en a qu’on trouve différent des autres. Plus beau, plus sympa. Celui dont on est amoureux il est génial même s'il a des lunettes et un gros nez, une chemise blanche à pois rouges, et pas de cheveux non plus, mais un maximum de droits d’auteurs et deux-trois bouteilles de Château Margaux à la cave."

Bon bien sûr, c’était le désir expliqués aux enfants, mais moi je suis au crépuscule de ma beauté Zep, enfin, crépuscule, c’est pas vraiment le bon mot. Crépuscule c’est la fin d’une lumière qui s’est levée un jour. Disons que je suis un jour de fin octobre, et qu’il est 16h30. Un horaire auquel on se raconte que tout reste possible mais il y a peu de chance que ça se termine en jet-ski quand même.  

Et donc à ce moment si charnière de mon existence, je voudrais une version honnête s’il vous plaît : “Celui dont on est amoureux, c’est celui de la soirée dont la femme n’est pas enceinte, qui ne porte pas de chaussures en cuir noir à bout pointu et dont on se dit “ Bof, après tout il a pas fait semblant de faire la danse du ventre quand le DJ a passé "1,2,3 soleil", il est donc sûrement épousable, je vais aller lui demander du feu.“Salut, tu as du feu stp ?“ “Ouais… mais attention, qui allume … ET C’EST RATÉ POUR CETTE FOIS. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés