Morgane Cadignan trouve que le titre du nouveau livre de Mazarine Pingeot “Et la peur continue “, est un bon titre pour sa rentrée aujourd’hui...

Mazarine Pingeot je ne vous aime pas même si vous ne m’avez rien fait personnellement, mais c’est juste que vous êtes le symbole de la rentrée. Et franchement, je sais pas si c’est pas si c’est parce que j’ai 2020 dans les jambes ou juste parce que le succès que j’ai apporté à cette émission m’a déjà blasée mais on est le 4 janvier 2021, et ça fait au moins 4 jours que j’en ai marre de cette année. 

Mazarine, pour moi cette année ça sera celle de la flemme, donc je ne vais pas revenir point par point sur votre biographie, je pense que les gens connaissent, pour ceux qui ne connaissent pas, faites un effort, essayez de suivre. Au pire, vous allez dans la salle d’attente de votre généraliste, vous ouvrez le Paris-Match de novembre 1994 et vous faites mon boulot. 

Mais ça serait injuste de vous résumer à ca, vous êtes surtout écrivaine, vous avez publié une quinzaine de romans… C'est pas mal. Mais c’est pas encore assez pour être invitée ici toutes les semaines. Moi j’en suis à 86 chroniques, donc un conseil : quantité, quantité, quantité ! La qualité, c’est pour les bobos chez le fromager, nous on s’en fout. On produit en masse et hop à 40 ans, retraite, petit cottage à Perros-Guirec en attendant le soleil et/ou la mort. 

“ Et la peur continue “, c’est le titre de votre livre mais c’est aussi un bon titre pour ma rentrée aujourd’hui. Ceci dit, bravo pour l’effort de titre parce qu’en 1988 votre premier livre s'intitulait "Premier Roman". C’est bien typique de la gauche ça hein, contenu de qualité mais aucun effort de présentation. En finale du meilleur pâtissier ça perd bêtement ça hein ! 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés