Morgane Cadignan n'aime pas la navigatrice et skippeuse professionnelle Alexia Barrier, invitée dans l'émission pour raconter son expérience sur la 9ème édition du Vendée Globe.

Alexia Barrier, je ne vous aime pas mais c’est chouette de mettre un visage sur votre voix. J’ai bien dit votre voix parce que j’ai grandi avec la voix de Daniel et maintenant je vieillis avec ça… Et bien je préférais sa voix. 

Olalala Alexia j’ai l’impression qu’on a eu une relation à distance sur MSN et qu’on se rencontre enfin dans la vraie vie. Du coup je vais agir comme dans ces cas-là, ignorer la déception dans vos yeux et parler très vite pour ne pas vous laisser le temps de me dire que je ne vous plais pas. De toute façon, autant jouer cartes sur table, je suis déjà un peu amoureuse de vous ou en tous cas très admirative parce que, en résumé Wikipédia, il y a peu de choses aussi classes que “skippeuse professionnelle" . 

J’ai lu que vous aviez tenté plusieurs choses avant la voile dont le base-ball. Et vous avez fait le bon choix... Naviguer sur une batte de base-ball, j’ai déjà tenté, et c’est pas super stable même pour un jeune migrant... C’est pratique si on croise quelqu’un qu’on aime pas sous l’eau mais sinon c’est une galère. Et puis Darmanin ne vit pas dans un récif corallien, donc j’ai vite abandonné. 

Je suis ravie que vous soyez ici pour nous parler de votre Vendée Globe, déjà parce qu’en termes d’invités ça nous change un peu. Par là, j’entends que c’est cool quand il n’y a pas de livres à lire. Si vous pouviez résister à la tentation d’écrire un bouquin témoignage je ne vous cacherai pas qu’en termes de planning ça nous arrange tous. 

D’ailleurs, quand on a reçu Jean Le Cam à ce micro en janvier, il nous a annoncé qu’il avait deux bouquins en vue ! Et bien je peux vous dire que nous on ne le verra plus... Alors vous, vous avez mis un peu plus de temps pour finir la course mais au moins on est sûr de ne pas avoir Zaz au téléphone. Non je déconne, j’aime bien Zaz en plus. Je suis juste de mauvaise foi parce que je ne comprends pas qu’on refuse une suite au Ritz ou un manoir à Neuchâtel. S'il y a bien quelque chose qui m’agace plus que les nouveaux riches, ce sont les nouveaux pauvres : "Gnagnagna l’argent ne fait pas le bonheur, la vraie richesse c’est celle du cœur". Y’a rien de plus faux. Puis quitte à être malheureuse, je préfère chialer sur un sol en marbre. C’est élégant et après on peut faire du ventre-et-glisse dans les couloirs. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Morgane Cadignan