Morgane aime Vincent Cassel et Florence Foresti quand ils sont séparés mais quand ils sont ensemble…

Vincent Cassel, Florence Foresti, je ne vous aime pas. Enfin disons que je vous aime séparément, mais je vous aime pas ensemble. C’est trop de pression pour moi. Franchement on pouvait pas recevoir Bérénice Bejo et François Damiens, là j’avais des torrents de saloperies… Mais là Pour moi, vous deux ensemble c’est comme du fromage et du chocolat séparément c’est bon et addictif … mais les deux mélangé, ça donne une recette qu’on servirait même pas à la cantoche de France Inter.

Et je sais pas par lequel commencer, Florence vous m'impressionnez et Vincent, je vais pas vous mentir, il y a un truc un peu Marcheur Blanc de Game Of Thrones dans vos yeux qui me fait flipper. Je sais bien que vous faites des efforts, je vois bien toutes les fois où vous essayez de mettre des bérets pour adoucir le truc mais ça fonctionne pas.

Et face à moi, vous êtes trop. Trop de réussite, trop de carrières. Trop, tous les deux ça m’oppresse.

Vincent, déjà, moi je trouve que ça se la raconte pas mal. Novembre 66, Naissance à Paris. EXCUSEZ-NOUS DU PEU. Il y a des gens ici qui sont nés à Anderlecht. Je sais pas si vous imaginez à quel point ces gens-là ont perdu dès le départ face à vous.

Les vrais parisiens dans Paris c’est une espèce protégée, il y en a très peu, comme les dauphins albinos ou les gens qui ont voté Mélenchon parce qu’ils le trouvaient sympa. Et attention, j’en fais partie.

J’ai aucune honte de dire que …. Je suis un dauphin albinos.

 Et l’escalade de la violence continue Vincent quand vous déclariez à Paris Match en 2008 au sujet de votre enfance : "J’ai grandi de façon bâtarde entre les Abbesses et Fred Astaire”. Excusez-nous. Moi j'ai grandi de façon bâtarde entre la champagne Ardenne et Vincent Lagaf… donc j’ai pas tourné dans "La haine" mais je peux clairement avoir le premier rôle dans "Le seum". Un film en noir et blanc sur moi qui compare ma vie à celle des autres. 

Spoiler Alert : Ça fini pas bien. C’est Guillermo Del Guizzo à la réalisation et soyons honnête on aura pas d’Oscar. Ni de César.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.