Ce matin, l'humoriste et comédienne Sophia Aram est l'invitée de la Bande Originale pour présenter son livre "La question qui tue". Grâce à ce livre, Morgane Cadignan a plein de petits tips pour répondre aux micro-agressions du quotidien, et quand ça ne suffit pas, elle l'utilise pour frapper les gens avec.

Sophia Aram je ne vous aime pas. Mais merci néanmoins pour ce livre qui met des mots sur les micro-agressions qu’on subit au quotidien. Je suis une femme humoriste, métisse antillaise mais assez claire pour avoir une tête d’arabe quand même. Autant vous dire qu’en termes de micro-agressions, on part sur un menu maxi best-of. Maintenant grâce à votre livre, j’ai plein de petits tips pour y répondre et désamorcer mes interlocuteurs, et quand ça ne suffit pas j’utilise tout bonnement le livre pour frapper les gens avec. Ça marche aussi.

Les micro-agressions, pichenettes de l’âme comme vous les appelez sont présentes tous les jours, mais ce n’est pas facile de faire le tri, du coup dans un souci de transparence, j’ai basé ma carrière sur de l’agression franche et massive. Nagui : Cette paire de pompe c’est pas possible. Ca nous donne à tous envie de nous confiner et de foutre le feu à un Jonak. Voilà. Une vraie agression. On sait où on va. Dans mon cas, c’est pôle Emploi. 

Non mais c’est vrai c’est plus simple la vraie agression, si on avait donné une pièce à Daniel Morin à chaque fois que quelqu’un dit qu’il est crade, il aurait eu assez de pièces pour s’acheter du savon.

Mais si ce livre est vraiment utile c’est parce qu’on ne peut pas toujours répondre par la violence. Pour certains c’est peut-être une évidence, mais moi jusqu'alors je distribuais des clés de bras et d’étranglement à tout le monde. Puis Darmanin m’a appelée personnellement pour me proposer un poste de direction à l’IGP et j’ai dû apprendre à me calmer. Après on ne va pas se mentir, souvent ça part quand même.  Un visage, mon coude : La possibilité d’une rencontre.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Morgane Cadignan