Morgane nous donne son avis sur Vincent Macaigne et Emilie Dequenne

Vincent Macaigne je ne vous aime pas parce que vous jouez tout le temps dans des trucs très français très compliqué, très auteurs. 

Des titres chiants avec des demi proverbes ou des numéros : « Les Choses que l’on dit, les choses que l’ont fait », « Deux automnes trois hivers », « Deux amis », « La règle de trois » : C’est bien pour votre carrière mais vous êtes une galère à faire deviner au Times’up. On n’a pas le droit de mimer les chiffres avec les doigts, donc je sais pas choisissez vos projets en fonction de mes soirées jeux c’est la moindre des choses. 

Vous jouez dans plein de films, et la consécration, le journal britannique The Observer vous décrit comme le « nouveau Gérard Depardieu ». Alors attention parce que consécration ET cholestérol. D’ailleurs vous dites à propos de lui que pour vous c’est un des plus grands acteurs Français, et il s’avère que non. Même Jean-Pierre Darroussin fait 3 cm de plus. Donc attention à vos sources. On peut pas dire n'importe quoi dans la presse, vous n’êtes pas Jean-Marc Morandini. 

Vous dites donc à propos de Depardieu qu’il vous bouleverse dans Asterix, dans les scènes où il parle avec son chien, vous dites « Il arrive à en faire une chose remplie de poésie alors qu’il est habillé comme un animateur du Parc Astérix »… Alors Vincent… _p_our jouer dans Astérix, ça aide. Avouez que s’il avait été habillé comme Dark Vador ça aurait brouillé les pistes. En terme d’objets dérivés derrières je vous raconte pas le temps qu’on perd. 

Et puis ça veut dire quoi ça “Il parle avec son chien c’est poétique”. Christophe Dechavanne il faisait pareil et excusez-moi mais c’est pas Baudelaire. Arrêtez de voir de la poésie partout et d’être vaporeux comme ça, vous trainez trop avec Louis Garrel. Si ça continue je vous sépare. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.