Morgane Cadignan n'aime pas le comédien Thierry Lhermitte, invité dans la Bande Originale pour les actualités de la Fondation pour la Recherche Médicale, dont il est le parrain.

Thierry Lhermitte je ne vous aime pas, en même temps je ne vous connais pas... Et pour être honnête, je suis contente qu’on se rencontre enfin. Franchement, on n'arrête pas de se louper vous et moi, sous prétexte que vous n’avez aucune idée de qui je suis etc. Mais c’est normal que vous ne me connaissiez pas, je me fais un peu discrète en ce moment, je pense honnêtement faire partie des virus qu’ils tentent d’éradiquer à La Fondation pour la Recherche Médicale, donc j’ai plutôt intérêt à être discrète quand ils envoient un représentant.  

Après je connais aussi votre ancienne vie, je vous ai regardé vendredi dernier à la TV. Vous avez reçu un César d’honneur, ça fait un peu César de vieux. Mais c’était un moment vraiment chouette qui m’a vraiment donné envie, pas d’avoir un César mais d’avoir des amis pour commencer. Mais vu comme c’est parti j’ai plus de chance d’avoir un César. 

A propos de chance, en 1988 vous faites le tour du monde à la voile avec votre famille. Bon Dieu, si vous aviez su que vous joueriez dans "Les Bronzés 3", 18 ans plus tard, vous auriez percé votre coque pour vous échouer volontairement non ? Vous connaissez le dicton marin “Les profondeurs du Cap Horn sont pleines de gens qui ont signé un film trop vite.” La tradition, c’est d’offrir du vin à Poséidon, mais tu peux aussi apercevoir des navig-acteurs jeter des DVD de Fabien Onteniente dans la mer “Pardonne-nous Dieu de la mer et des bons films“.Je taille ce film, c’est facile, mais vous n’êtes pas le seul hein. On accuse le Covid mais moi quand j’ai regardé "Toute Ressemblance", le film de Michel Denisot avec Franck Dubosc, j’ai immédiatement perdu le goût. Et des aliments et de la vie. 

Je suis un peu lourde avec "Les Bronzés 3", mais c’est dur de trouver des points faibles dans votre biographie. Quand vous ne jouez pas dans un film qui marche, vous vous engagez auprès des gens handicapés… qui eux marchent moins bien, c’est vrai. Donc mettez-vous à ma place, je suis emmerdée. Bon, je suis moins emmerdée qu’une personne handicapée c’est vrai, faut mettre en perspective. Mais chacun ses combats, moi j’écris une chronique par jour et j’ai même pas de place de parking juste devant le distributeur, je suis obligée d’aller faire un créneau à 30 mètres… Les gens ne se rendent pas compte de la vie que je mène. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Morgane Cadignan