Morgane Cadignan n’aime pas la journaliste et essayiste Ariane Chemin invitée dans la Bande Originale pour présenter sa bande dessinée « Patient zéro », parue aux editions Glénat.

Ariane Chemin je ne vous aime pas car  vous avez le prénom et le nom le plus stylé du monde. Et c’est Morgane Cadignan qui vous dit ça... Ariane chemin quoi. Blague mythologique les frères, moi je suis comme ça. Fil d’Arianne, parce qu'elle ne veut pas perdre son chemin tout ça... Vous imaginez ?  C’est comme si quelqu’un s’appelait “Oedipe Niktamère", c'est génial. 

Et on trouve ça improbable “Oedipe Niktamère", mais venez passer une journée dans un square du 9éme arrondissement de Paris, t’entends des prénoms d’enfants t’es pas prêt. Je veux bien moi la gentrification des quartiers mais la gentrification des gens non. Pitié la Rive Droite, arrêtez avec les prénoms du 17ème siècle, ou alors allez-y à fond quoi, le gosse tu l’appelles THEOBALD et on en parle plus. 

Et alleeeeeez, trois messages Instagram de bretons qui s’appellent Théobald dans ma  messagerie.  Et pour faire cette blague j’ai cherché des prénoms du 17éme, et dans la liste il y avait Enguerrand et j’ai même pas pu faire la vanne tellement j’en connais trois quoi. Si vous voulez gentrifier vos enfants, arrêtez de les appeler Joséphine ou Simone, moi ma fille elle s’appellera Starbucks, et on sait d'où on vient !  

Bref, Ariane, vous ne me facilitez pas la vie. Pour écrire mes papiers je me base sur la biographie des invités, et là dans la vôtre il y a trois dates. 1986 diplômée de Science Po. 1995 vous intégrez la rédaction du Monde. 2018 vous révélez l’affaire Bennala. Alleeez, il a bien dû se passer un ou deux trucs entre chaque non ?
Pardon mais je vais inventer du coup. En 1998 vous remportez la coupe du monde en marquant un but décisif contre le Brésil tandis qu’en 1097 vous démarrez les premières croisades sur la flotte de l’ordre du temple maudit avec à sa tête Pierce Brosnan. 

La suite a écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Morgane Cadignan