Dans sa chronique, Morgane Cadignan nous raconte tout ce qu’il y a comme représentations derrière l’image de la patinoire.

Nathalie Péchalat je ne vous aime pas. Je ne vous aime pas parce que la dernière fois que j’ai essayé de faire du patin à glace je n’ai eu non pas un, ni deux, mais trois points de sutures. Bordel les amis c’est chaud ce sport et la glace ça coupe ! 

Franchement quand on voit la technique que ça demande on comprend pourquoi vous n’avez plus le temps de trouver des costumes de bon goût.

Honnêtement, Nathalie respect parce que vous avez un monsieur doute mais une mentalité de championne, alors le patinage c’est pas pour moi, la glace franchement après ce qu’elle a fait et à mon coude, et au Titanic, je pardonne pas.

Moi la patinoire de ma ville c’est l’endroit où on se retrouvait entre jeunes pour draguer. Parce qu’après tous les films de Noël qu’on a vu on a réussi à croire que c’était stylé. 

Vous savez cette fille de la ville qui travaille pour une banque et qui est esclave de son téléphone, et qui réussit à boire des macchiato à longueur de journée en gardant un transit normal, qui retourne dans sa ville d’enfance ou elle recroise un vieil ami, maintenant veuf et vendeur de sapin. Bon l’histoire ne dit pas que sa femme est morte parce qu’elle est passée dans le broyeur à sapin, mais on s’en fout !

Il a du mal à s’ouvrir aux femmes depuis, il met toute son énergie sur Casey, sa fille de 7 ans et demi, espiègle et précoce qui pose des questions pas de son âge genre “Tu l’aimes bien mon papa ? Tu vas vivre avec nous ? Comment Bigpharma profite de notre santé pour augmenter ses profits ?“

Plutôt chiante la gosse. Mais pas grave, la fille de Chicago et le vendeur d'Épicéa à 90 dollars tombent amoureux et tout ce petit monde se retrouve à patiner gaiement sur la place du village le soir de Noël ou Casey confie que tout ce qu’elle voulait en cadeau... c’était une nouvelle maman et un vaccin qui ne provoquerait pas d'encéphalite du système nerveux central. Ta gueule et patine Casey. 

Voila, pour moi c’est ça le patinage, donc quand je me rends compte qu’il faut de la technique et que ça ne vient pas miraculeusement avec le chocolat chaud à la cannelle, excusez-moi mais forcément ça m'énerve. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés