Morgane Cadignan, dans cette chronique, nous dit ce qu’elle pense de nos deux invités, les comédiens, François-Xavier Demaison et François Berléand.

François-Xavier Demaison je ne vous aime pas parce qu’on fait toujours référence à vous quand on parle de reconversion professionnelle réussie. Vous étiez trader, puis humoriste, puis comédien. Alors qu’il y a plein d’autres reconversions réussies : David Douillet, judoka devenu ministre, Édouard Philippe, Premier ministre devenu dalmatien. Y’a pas que vous non plus. 

En 1998, après le bac, vous travaillez chez Landwell et vous expliquez “Je travaillais sur les problématiques de prix de transferts sur des transactions physiques entre filiales de grands groupes internationaux. » 

Ça sonne comme un métier très chiant mais qui rapporte bien. C’est vrai les métiers qui rapportent pas beaucoup c’est deux syllabes : Comme… pompiste ou… pêcheur. 

Par contre, quand y’a beaucoup de syllabes comme : Animateur-producteur-présentateur, là on sait que ça sent l’évasion fiscale. 

Mais pourquoi vous avez arrêté, sans déconner ? Vous ne voyez pas qu’on est trop de comédiens là ? Ma présence ici devrait suffire à vous prouver qu’il n’y a pas assez de place pour tout le monde. 

C’est au lendemain des attentats du 11 septembre que vous avez commencé à écrire votre premier spectacle. Chapeau, c’est rapide. Alors je ne fais pas d’appel à l’attentat, mais j’ai cinq chroniques à écrire par semaine, donc un petit coup de pouce, ça ne se refuse pas. Petit hein ! Une autolib qui s’encastre dans un Monoprix sans tuer personne ça ira. Ou qui tue des gens extrêmement vieux, comme ça ils ont déjà vécu et moi je peux écrire. Bref, vous avez compris le message : François, allez chez Franprix. Désolée, Daniel aurait dû se prendre la balle aussi, mais il est pas là.

François, en 2018 au Figaro vous disiez : « Je n’aime pas regarder mes films, je ne le fais jamais, c’est un calvaire de me voir, car je ne me trouve pas bon ». Et ce serait une vanne très facile et très basse de répondre « Mais nous non plus ! » 

Mais j’en ai rien à foutre donc je vais quand même la faire « Nous non plus ! ». Voilà. Ça fait du bien. Oh ça va ! tout le monde sait que j’en pense pas un mot, comme toujours. Je passe ma vie à dire des trucs que je ne pense pas, c’est pas nouveau. J’aime beaucoup votre carrière, Geremy,. T’as du charme, Nagui, jolie veste...

(La suite à écouter et à retrouver en vidéo !)

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.