Morgane Cadignan n'aime pas l'écrivain Michel Bussi invité dans la Bande Originale pour son roman "Rien ne t'efface", paru aux éditions des Presses de la Cité. Son nom est tellement partout chez Relay qu'elle a l'impression d'avoir passé l'été avec lui...

Michel Bussi je ne vous aime pas. Et qu’est-ce que vous faites là franchement...? Vous n’avez pas besoin de nous pour vendre des livres. Vous ne me connaissez pas mais moi je vous ai assez vu, vous êtes en tête de gondole de tous les libraires et autres revendeurs de bouquins. Votre nom est tellement partout chez Relay que j’ai l’impression qu’on a passé l’été ensemble. En montant dans l’avion quand l’hôtesse m’a demandé mon nom j’ai répondu : "Michel Bussi“ elle m’a dit “Aaah comme un avion sans aile“ je lui ai dit “Je ne pense pas que ce soit le moment de parler de ça. “ 

C’est vrai, vous êtes partout, ma mère a tellement de bouquins de Michel Bussi qu’elle s’est construit un abri de jardin avec. C’est là-bas que je vais me cacher quand je veux lire d’autres auteurs. Et vous aussi vous en avez lu d’autres auteurs car votre 5ème polar s'appelle "Les nymphéas noirs"... Michel, quand on veut copier un titre, ne le faites pas sur Elroy c’est trop cramé. 

Petit rappel pour les incultes, donc tout le monde sauf vous et moi, "Le Dahlia noir" c’est un livre d’Elroy de 1987 inspiré lui-même d’une histoire vraie dite du… "Dahlia noir". On est pile entre "La Grande Librairie" et "Silence ça pousse"… La prochaine fois changez au moins de végétal et de couleur... _“_L’endive pourpre,“ c’est un bon nom ca. Et puis Michel, deuxième astuce pour rester discret : il  faut copier des gens que personne ne lit ou regarde, là Elroy très mauvais choix. Moi, par exemple,  je copie toutes mes chroniques sur les spectacles de Smaïn… Aucun problème, ça passe comme une lettre à la poste. Ouuuuh “Comme une lettre à la poste“, ça pourrait être un de vos titres ça. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Morgane Cadignan