Ce matin, Morgane nous parle du film et du parcours de nos invitées « Voir le jour »

Aure Atika Marion Laine je ne vous aime pas, vous venez faire la promotion du film « Voir le jour » et c’est dingue parce que moi j’ai un gros point commun avec certains d’entre vous, c’est que je suis née un jour. Voilà. Alors je dis pas que je commence à avoir du mal à écrire les chroniques, je dis juste qu’on est mardi et qu’on est premier en France sur cet horaire donc ça va, si Jules César s’est reposé sur ses lauriers un moment je peux aussi le faire 5 minutes.

Alors, « Voir le jour » c’est un film dans lequel on suit le quotidien de femmes qui travaillent dans un service de maternité à Marseille. Vu la couleur des masques de Nagui ce mois-ci il aurait complétement pu jouer une sage-femme dans le film. C’est dommage de ne pas l’avoir pris d’ailleurs Moi je connais beaucoup de femmes qui adoreraient être accouchées par Nagui. T’imagines t’es à 8 centimètres, ça fait 12 heures que t’en chie et tu vois Nagui qui te dit de pousser, en massacrant du Bénabar, et si tu trouves pas les paroles il remet le bébé à l’intérieur. Ce serait sympa de proposer le concept à Delphine Ernotte. 

A propos de féminité, Aure, en 1992 vous décrochez votre premier vrai rôle dans « Sam Suffit » et à la suite de ce film vous racontez qu’on ne vous propose que des rôles basés sur le côté sexy. J’aurais aimé vous dire que je comprends. Mais c’est faux. La seule fois qu' on m’a proposé un rôle la question a été “Tu parles bien arabe ?“ j’ai répondu que non pour la raison simple que je suis antillaise et on m’a répondu “Bah avec ta tête tu devrais apprendre l’arabe pour avoir des rôles”. Ce qui m’a amené à leur rétorquer à ces bons bâtards que si j’apprenais l’Arabe ce serait uniquement pour les insulter dans une autre langue et leur rappeler qu’il y a assez de bons comédiens arabes en France.

Marion Laine dans votre biographie j’ai lu que vous étiez montée à Paris après le bac pour apprendre l’arabe à la Sorbonne. Ça va ? On n’aurait pas envie de me piquer des rôles ? Heureusement vous abandonnez après avoir trouvé votre voie, la réalisation. 

Vous réalisez “Un cœur simple“ adapté d’un conte de Flaubert. Ça c’est du bon Français... Faut dire que Sandrine Bonnaire et Marina Foïs qui parlent arabe, à part les journalistes Télérama personne n’a envie de ça. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés