Morgane Cadignan n'aime pas Gaël Faye, auteur-compositeur- interprète, rappeur et écrivain franco-rwandais. Mais elle s’en explique.

Gaël Faye, je ne vous aime pas. 

France Inter et La Bande Originale non plus, je ne vous aime pas d’ailleurs…

Allez, un peu d’humour sur un génocide... c’est définitivement une bonne première semaine…. Mais c’est pas grave, j’aime bien manger seule à la cantine de la vie. 

Gaël Faye, je vous déteste parce que j’ai lu votre livre et que je l’ai aimé, comme un million d’autres humains, alors que moi normalement mon truc, c’est de lire des livres qui n'intéressent personnes, histoire de me démarquer. Par exemple, j’ai lu tous les livres de Daniel Morin deux fois. J’ai lu votre livre à sa sortie, et j’ai pleuré, votre livre, quand je l’ai refermé.

J’ai pleuré pour l’histoire bien entendu. La vôtre. Mais j’ai surtout pleuré très égoïstement car il m’a renvoyé à ma propre incapacité à écrire quelque chose de correct. Enfin... vu ce début de chronique, jusque-là je ne vous apprends rien.

Pendant le confinement, j’ai fait comme toutes les enflures d’artistes autour de moi, j’ai commencé à écrire un livre. Contrairement à vous qui avez décroché le Goncourt des lycéens, mon livre peut éventuellement me faire décrocher le Goncourt des lycéens de Segpa. 

Moi aussi j’y raconte mon enfance, sauf qu’ il ne s’y passe absolument… rien. C’est juste l’histoire de quelqu'un en surpoids qui écoute Kyo. J’aimerais bien écrire une biographie mais pour ça il faudrait qu’il se passe des choses, alors pas forcément un génocide, je demande pas la lune mais quelque chose quoi. Mais non. Que dalle ! Des parents aimants, une scolarité normale dans un pays qui ne frôle même pas la dictature. Qu’est ce qu’on se fait chier ! Bon, j’ai bien une famille un peu dysfonctionnelle, et j’ai grandi dans l’Est de la France mais j’ai pas envie d’écrire là-dessus et d’avoir les frères Dardenne au cul pendant un an “Laisse-nous en faire un film, laisse-nous en faire un film !“ Couché, Jean-Pierre ! Cotillard en débardeur Camaïeu ça nous a suffit. 

La seule anecdote notable de mon enfance vous concerne…. Nagui. Et c’est une vraie histoire. Je vous jure. Et je l’ai gardée pour aujourd’hui. Quand j’avais trois ans, on s’est croisés à l’aéroport de l’Île Maurice. Mes parents m’avaient perchée sur le chariot à bagages avec une fleur dans les cheveux et vous m’avez pris en photo à l’époque en disant “Trop mignonne la petite fille“. Y’a pas de vanne, (juste un peu de gêne) je vous jure que c’est une vraie histoire. Les gens vont trouver ça mignon, qu’on se retrouve aujourd’hui, que c’est une belle manière de boucler la boucle, moi je trouve que vous me devez 26 ans de droit à l’image ! Je vous envoie mon RIB, ça va vous coûter très cher !

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.