Morgane Cadignan n'aime pas la comédienne et réalisatrice Zabou Breitman et le comédien Nicolas Duvauchelle, invités dans la Bande Originale pour présenter la série "Un homme d'honneur", diffusée sur TF1.

Zabou Breitman je ne vous aime pas parce vous avez le privilège d’être la seule invitée depuis le début de l’année contre qui j’ai une vraiment une revanche à prendre. Franchement ça se fête. Je ne vous aime vraiment pas. Enfin pour moi… et là vous vous demandez ce que vous avez bien pu me faire. Ne vous inquiétez pas, on s’habitue à la sensation d’avoir offensé des gens et de ne plus se rappeler pourquoi. Moi ça s'appelle un dimanche matin. 

Zabou, je ne vous aime pas parce que vous avez fait partie de mon jury quand j’ai passé le concours du Conservatoire National de Paris. Ma présence dans cette émission vous donne un bel indice concernant ma réussite à ce concours... Non seulement le concours est sur trois tours, mais en plus après tu as une note : A, B, C ou D pour te dire en gros si t’étais loin ou pas. Bon, ma taille de bonnet n’étant pas équivalente à mon talent de comédienne, j'ai eu D. Et je me souviens de votre regard, même si vous étiez là pour juger, il était très doux votre regard. C’était un regard qui disait “Non mais, c’est bien d’essayer.” Alors certaines personnes appellent ça de la pitié, moi je choisis de croire que vous avez été la seule à déceler le diamant brut en moi que les autres jurés n’ont pas voulu voir. 

J’ai envie de vous imaginer taper du poing sur la table comme en conseil de classe en disant : “Non mais elle a quelque chose cette gamine !” Et les autres de répondre : “Oui, mais c’est pas du talent Zabou.“ 

Nicolas Duvauchelle, bonjour, j’ai lu une de vos interviews dans "le Figaro Madame". Et c’est une chance parce que je ne lis jamais "le Figaro Madame", c’est beaucoup trop de gauche... Et beaucoup trop frustrant, et là je parle des magazines féminins en général. Un magazine qui te vend un chemisier en soie indexé sur le prix du pétrole et qui la page d’après te dit en filigrane que t’es trop grosse pour le porter, c’est non. Mais je le lis chez le médecin parce qu’autant je lis pas beaucoup mais alors quand il s’agit de chopper des sinusites mi-avril, on est la mon gars. Bref, dans cette interview vous disiez que vous étiez têtu... "dans le bon sens du terme" : “Je ne lâche jamais avant d’avoir obtenu gain de cause.” Bah écoutez, moi je suis tétue mais dans le mauvais sens du terme. Certains disent "lourde", d’autres "insistante", certains posent des mains courantes, mais vous allez voir, on s’habitue. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Morgane Cadignan