En fait tout ça vient d’un article qui m’a effaré : selon une obscure étude d’une université en Caroline du Nord, selon la science les hommes seraient plus drôles que les femmes. Non mais comment peut-on en 2019, bientôt 2020, oser dire des choses qu’on sait depuis toujours ?

Alors précision car j’aime la rigoureusité : l’étude a été réalisée sur 5000 cobayes chargées de juger l’humour d’hommes et femmes qui n’étaient pas des comiques professionnels, sinon 100% des hommes et des femmes auraient été drôles.

Là elle a été faite avec des gens normaux qui n’ont aucune compétence particulière en humour comme une avocate ou Anne Roumanoff.

Et les conclusions ne laissent place à aucun doute : en terme d’humour, au sein de la grande équipe de la drôlerie, l’homme est un titulaire indiscutable, tandis que la femme est, elle, interdite de stade, punie pour avoir craqué le fumigène de la médiocrité.

Bien sûr, j’vois venir les féminazis, cette étude ne veut pas dire qu’une femme n’est pas drôle. 

Parce que moi quand j’vois Juju revendiquer l’égalité salariale, bah je suis plié de rire.

Au fait… encore merci de travailler gratuitement aujourd’hui.

Tiens, t’es gentille ma belle, tu vas me chercher un potage tomate à la machine. 

Non cette étude veut tout simplement dire que les femmes, en termes de rigolade, bah elles sont moins fortes, c’est comme ça : humour et femmes sont deux mots qui sont aussi incompatibles que SMIC et divorce.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.