Tout le monde aime les Gifs, ces petites images animées qui se répètent à l’infini et qu’on adore partager sur les réseaux sociaux...

L'illustration par le GIF
L'illustration par le GIF © Getty / John Lamb

Mais ces derniers mois sur Twitter j’ai trouvé une personne qui les aime encore plus que nous… Et cette personne est chargée d’animer le compte Twitter du Figaro.

Alors ceux qui nous écoutent et qui suivent le Figaro sur Twitter ont dû remarquer que leurs articles sont systématiquement illustrés par un gif.

Exemple :

Autre exemple :

C’est quand même très étrange d’utiliser du contenu LOL pour promouvoir de l’info sérieuse... C’est l’équivalent de ce qu’on a appelé infotainment à la télévision, ce mélange d’info et de divertissement.

Peut-être… Mais il faut se rendre compte de ce qu’est en train de faire le Figaro. On imagine mal le journal papier utiliser une image « drôle » pour illustrer un de ses dossiers chauds en Une.

Et pourtant, c’est ce qu’il fait sur le net. Car l’équivalent de la Une sur le net, LA porte d’entrée principale pour accéder à l’info, ce sont Facebook et Twitter.

Plus de 40% du trafic des médias en ligne proviennent des réseaux sociaux. Et lorsqu’on sait qu’il y a plus de 2 milliards de personnes qui utilisent Facebook partout dans le monde, c’est un chiffre conséquent.

Le Figaro sur Twitter, c’est plus de 2 millions 700 000 abonnés. Imaginez le nombre de personnes exposées à la marque Figaro qui ne lisent pas la version papier et qui ne connaissent le Figaro qu’à travers ses gifs.

L’année dernière, un lycéen m’avait avoué qu’il adorait lire l’Express car il y avait sans cesse des articles sur Cyril Hanouna. En réalité, il ne connaissait l’Express qu’à travers sa page Facebook et les nombreux papiers piège à clics qu’il pouvait y avoir sur l’animateur de C8. Peut-être qu’un jour, on dira qu’on aime lire les gifs du Figaro.

Malgré tout, l’idée est à saluer. D’abord parce qu’elle permet d’attirer d’autres lecteurs, notamment les plus jeunes d’entre nous. Mais aussi parce que le choix du gif reste un choix éditorial, un choix qui dit quelque chose de celui qui le sélectionne et qui traduit – de fait – un regard sur l’article en question. Et si le gif était tout simplement l’édito de demain ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.