Les Simpson viennent de battre le record du nombre d'épisodes pour une série américaine de prime time.

Ce générique c'est bien sûr celui des Simpson. Depuis 1989 ça fait 636 fois que vous l'avez entendu. Un record !

Les Simpson viennent de battre le record du nombre d'épisodes pour une série américaine de prime time, jusque-là détenu par Gunsmoke : Police des Plaines. Une série western, en 635 épisodes, diffusés entre 1955 et 1975. Pour l'occasion, les Simpson se sont fendus d'un clin d’œil, un duel au pistolet : le shérif de Gunsmoke contre Maggy, la petite dernière avec sa tétine. 

Et c'est Maggy qui gagne !

Un petit mot quand même sur les « soap opera » quotidiens comme "Les Feux de l'Amour" : ils durent depuis bien plus longtemps, mais il s'agit vraiment d'un système de production totalement à part. Les Simpson, c'est une série, on l’a dit, de prime-time sur la chaîne FOX. 

Sous forme de dessin animé,  a-t-elle évolué ?

On pourrait penser que les personnages dessinés sont immortels, il n'en est rien. En 2000, les scénaristes décident de secouer le train-train en tuant une de leur créature : Maud Flanders, la voisine des Simpson. 

Autre décès, réel, celui de la comédienne qui prêtait sa voix à l'institutrice Madame Krapabel. Elle n'a pas été remplacée et le personnage a disparu de la série.

Autre bouleversement qui montre que la série suit aussi l'évolution de la société américaine : en 2005, Patty, l'une des deux sœurs de Marge, révèle qu'elle est lesbienne.

Les évolutions, c'est aussi en coulisses...

Les négociations salariales des acteurs qui sont les voix américaines de la série font régulièrement la "une" de la presse hollywoodienne. Et n’imaginez pas  qu'on peut les remplacer sans que le public ne remarque rien ! 

Sauf qu'aujourd'hui les audiences des Simpson sont loin de ce qu'elles étaient dans les années 1990. Ça dure, mais ça a baissé. Les acteurs s’accrochent donc pour ne pas voir leur rémunération chuter trop méchamment !

Celui qui n'a pas réussi à sauver son bout de gras, c'est le compositeur de la musique. En place depuis 27 ans, Alf Clausen a été viré car il employait un orchestre de 35 musiciens pour chaque épisode. 

Et en 636 épisodes, on n'évite pas les polémiques

Au démarrage de la série, Bart était accusé d'être un mauvais exemple pour la jeunesse. Le Président Bush avait lui-même regretté que ses concitoyens ressemblent par trop aux Simpson.

Aujourd'hui c'est le personnage de Apu, le tenancier indien de la supérette de Springfield, qui fait dire à certains que la série serait raciste.

Apu est en effet un stéréotype. Mais c'est aussi le cas du chef de la police qui se gave de donuts ou du patron de la centrale nucléaire dépeint comme un milliardaire machiavélique. 

Preuve que les mentalités ont changé plus vite que la série. Apu est un stéréotype peut-être acceptable en 1989, intolérable aujourd'hui. Matt Groening, le créateur de Simpsons, a réagi il y a quelques jours. Je cite : « nous vivons une époque où les gens aiment prétendre qu'ils sont offusqués ». Et pourtant lui aussi a évolué.

Sa prochaine série, vous ne la verrez pas à la télé mais sur... Netflix. Ça s'appellera "Disenchantment". Les premiers épisodes seront disponibles d'ici la fin de l'année.

En attendant, les Simpson c'est sur W9.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.