« Le chêne autrichien », c’est son surnom, jouera un marshal du Far West à la poursuite d'un hors la loi. Attention, l’histoire d’Arnold à la télé relève de la martyrologie, que des ratages !!! Mais à chaque fois, il le promet : « I'll be back ! (Je reviendrai !) ».

Arnold Schwarzenegger
Arnold Schwarzenegger © AFP / Eric Feferberg

"I'll be back"

Et il revient de loin en effet, après l'un des plus gros fiascos de l'histoire de la télévision : on est en avril 2011, il vient de quitter son poste de Gouverneur de Californie après 2 mandats, et le voici qui dévoile son  projet : 

J'ai eu une grande carrière en tant que culturiste, en tant qu'acteur et en tant qu'homme politique. Il est temps que je redevienne un simple citoyen. Je ne reviendrai pas.

Arnold Schwarzenegger dans "The Governator"

The Governator, un projet de série animée pour enfants, écrite par Stan Lee, vénérable co-créateur de Spiderman. Le prestigieux magazine américain Entertainment Weekly en fait sa couverture. Du jamais vu pour ce qui n’est qu’un projet. Quelques jours plus tard, Arnold fait le déplacement jusqu'au MIP de Cannes.

Arnold est présent lors de ce marché international pour convaincre les chaînes du monde entier de pré-acheter sa série. 

Et c'est là que ça coince...

La bande-annonce est archi ringarde : le Arnold version cartoon joue les supers-héros avec une super armure, il a un QG caché derrière sa bibliothèque et plein de gosses qui l'aident dans ses missions. 

Donc personne n'investit dans le projet pourri. Même si le producteur tente de bluffer en annonçant des ventes à tous les pays européens.

Il cite même le groupe TF1 pour la France, mais la chaîne dément l'information ! Le projet sera définitivement annulé un mois plus tard quand on découvre – scandale - qu’Arnold a un fils caché, né d'une liaison avec l'une de ses employés de maison. Ça fait tache pour celui qui se présente comme le nouveau héros des enfants !

Arnold avait déjà failli devenir un héros télé, en 1977… 

Après une apparition dans un épisode des Rues de San Francisco, on lui propose d'incarner L'Incroyable Hulk dans la série. Arnold refuse le rôle du monstre vert. C'est lui qui conseille au producteur d'embaucher l'un de ses potes culturistes : Lou Ferrigno.

Arnold Schwarzenegger réalisateur 

En 1990, il réalise pour HBO un épisode de la série horrifique « Les Contes de la crypte ». Et deux ans plus tard, il met en scène un téléfilm de Noël « Christmas in Connecticut » pour lequel il dirige notamment Tony Curtis et Kris Kristofferson ! Nouvel échec et sa carrière de metteur en scène s'arrête là.

Arnold Schwarzenegger animateur

L'année dernière, enfin, il s'est mis à la télé réalité, devenant l'animateur de The Celebrity Apprentice, l'émission qui a fait la gloire de Donald Trump.

Mais là aussi : gros bide. On n’a parlé que des passes d'armes entre Arnold et le nouveau président, par réseaux sociaux interposés. Bref, Arnold joue sa dernière carte avec Amazon. Ne l'oublions pas : "Je reviendrai..."

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.