« Dear White People » la saison 2 est arrivée sur Netlix. La vie des jeunes afro-américains sur un campus universitaire.

C’est drôle et c’est pertinent. L'une des héroïnes, Sam, étudiante métisse, anime sur la radio de la fac l'émission « Chers Amis Blancs », chronique du racisme.

Le campus est un concentré de toute la société américaine avec son passé et ses préjugés. La première saison s'intéressait aux violences policières et au mouvement « Black Lives Matter ». La saison 2 pousse elle l'analyse de l'ère Trump et de ses dérives médiatiques. 

Et d'abord Twitter, l'outil de communication préféré du président américain.

Dans la série, un troll va sévir sur le réseau à grands coups de clashs, au nom de la défense des blancs. Argumentaire polémique qui va même donner naissance à une émission de radio concurrente : « Chers amis de droite ».

On se croirait presque sur Fox News ! Au nom de la liberté d'expression, les pires horreurs sont ainsi dites à l'antenne, et c'est à qui se positionnera en victime la plus opprimée. Prenez cet étudiant blanc, par exemple, à qui l’on reproche de vouloir réaliser un documentaire sur le racisme, alors qu’il est blanc, justement ! 

Portrait d'une jeunesse encore très influencée par la télé, où certains rêvent de travailler et dont ils reproduisent le système. Et « Dear White People » s'en prend même aux séries télé

Avec beaucoup d'humour via des pastiches de séries que l'on reconnaîtra aisément : « Scandal » et « Empire », soit deux séries américaines actuelles avec des vedettes noires. Et deux très grands succès malgré leurs ficelles parfois grossières. Ce que regrette un étudiant kényan dans la série. 

Alors que dans les vraies séries, il est encore compliqué de parler de certains sujets sensibles.

L'excellente comédie « Black-ish » en a fait l'amère expérience il y a à peine 2 mois. Cette série que l'on peut voir en France sur Comédie+ s'est vue refuser un épisode par son diffuseur américain, la grande chaîne hertzienne ABC. Cet épisode revenait sur le cas des footballeurs noirs qui s'agenouillaient durant l'hymne américain, en signe de protestation contre les déclarations de Trump. Le créateur de « Black-ish » serait en discussion pour partir chez Netflix. Mais ABC s'en fiche puisqu'elle cartonne avec le retour de la sitcom « Roseanne » qui carbure aux idées pro-Trump.

« Dear white people », chers amis blancs, c’est sur Netflix et c’est sans tabou. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.