"Star Trek Discovery" est diffusé depuis hier sur Netflix. Romain Nigita s'est rendu sur le tournage à Toronto, à la rencontre de l'équipe.

Tout commence avec les Klingons. Dans Star Trek, ce peuple de guerriers de l'espace rentre régulièrement en conflit avec la Fédération, l'organisme dont fait partie la planète Terre dans le futur. Mais au début de "Discovery", on découvre une nouvelle faction de Klingons qui prônent littéralement la pureté de leur peuple. Ils comptent retrouver une soi-disant gloire passée via un véritable fondamentalisme religieux. Bref, des Klingons intégristes. Un tel miroir de notre monde actuel, cela a toujours été la force de Star Trek, comme me l'a rappelé Ted Sullivan, l'un des scénaristes de la série.

« Pour nous, ça n'a jamais été une histoire de phasers ou d'explosions. Il existe une version de Star Trek basée sur l'action, ok. Elle a ramené beaucoup de monde vers l'univers de Star Trek. Mais Star Trek parle d'abord de thèmes. Star Trek parle de personnages. Star Trek consiste à se demander ''Pourquoi devons-nous raconter cette histoire ?'' Si on ne tenait pas compte de ce qui s'est passé dans notre culture et sur notre planète durant ces 15 dernières années, alors ce ne serait pas Star Trek. »

La vedette de la série, c'est l'actrice Sonequa Martin Green, vue dans The Walking Dead. Et elle va dans le même sens que le scénariste en rappelant que l'attrait pour Star Trek est sa vision d'un futur dans lequel les obstacles d'aujourd'hui pourront au final être surpassés.

« On a atteint un niveau critique, je pense qu'on est tous d'accord là-dessus. La dévastation, les oppressions, les génocides, les divisions. Je pense vraiment que tout cela nous conduit à perdre espoir. On cherche tous une chose à laquelle se raccrocher. Voir ce type d'utopie et de futur, au milieu de tous ces défis, ça redonne de l'espoir, c'est inspirant. »

On retrouve donc les fondamentaux de l'esprit Star Trek, mais est-ce que cette nouvelle série innove quand même ? Oui, par son ampleur. Sur le tournage, Game of Thrones était sur toutes les lèvres comme le standard à atteindre. Sacrée ambition ! Et ils s'en sont vraiment donnés les moyens en terme de décors. Ceux que j'ai visité étaient tout simplement gigantesques. Mais c'est surtout dans l'écriture que Star Trek évolue comme l'expliquent Sonequa Martin Green et Ted Sullivan.

« Cette version de Star Trek sera feuilletonante. Ce sera comme un roman raconté par chapitre. Ce sera tout autant basé sur les personnages que sur l'intrigue. Quand vous arriverez à l'épisode 15, vous vous direz ''Oh, ils avaient un but depuis le début ! C'était un grand film de 15 heures ! »

Autre évolution : pour la première fois le personnage central ne sera pas le capitaine du vaisseau. Sonequa Martin Green campe en fait son bras droit. Alors que pense le capitaine de tous ces changements ? Question à Michelle Yeoh, l'actrice de Tigre & Dragon, qui joue la capitaine Georgiou.

« Je comprends qu'il y ait beaucoup de fans avec de grandes attentes. Mais on doit leur donner quelque chose de différent. Ça a toujours besoin d'être différent. Nous en avons préservé l'essence mais nous devons également être originaux, et créer des surprises et des rebondissements. Si on faisait exactement la même chose qu'il y a 50 ans, vous diriez : ''Oh bon sang, vous êtes irrécupérables !'' n'est-ce pas ? Parfois pour être créatifs, il faut prendre des libertés. Avec cette série, en se plaçant du point de vue du premier officier, ça sera plus intéressant. Parce que du point de vue du capitaine, on serait tout le temps sur la passerelle, non ? »

Et même si vous ne connaissez rienà Star Trek, y comprendrez-vous quelque chose ? Je vous garantis que oui !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.