Alors permettez-moi de vous rappeler, qu’en 2014, des journalistes Grolandais sont venus enquêter dans mon pays, le Burkina Faso. Et laissez-moi vous dire que leur passage a laissé des traces.

Comme d’habitude, ces journalistes se sont assis sur la déontologie et l’éthique pour mieux courir après le sensationnalisme et le résultat n’est pas jojo du tout.

A la recherche du poids des mots et du choc des images, ils ont trouvé cette femme qui s’était fait greffer le derrière devant.

Or, on connaît l’effet loupe de la télévision qui fait passer une aberration exceptionnelle pour une norme nationale.

Après avoir vu le reportage, toutes les filles du pays se sont dit que si cette fille-là passe à la télé, c’est qu’avoir le derrière devant, ça doit être un phénomène de mode.

Du coup, on a vu fleurir partout des boutiques de chirurgie esthétique.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.