L'association lilloise "Sock en stock", propose de se retrouver deux dimanches par mois pour trier des chaussettes. C'est la fin du célibat pour les bas esseulés !

Chaussettes dépareillées ou comment contourner le problème des chaussettes orphelines
Chaussettes dépareillées ou comment contourner le problème des chaussettes orphelines © Getty / Sitthiphong Thadakun / EyeEm

Deux fois par mois, des bénévoles se réunissent pour… trier des chaussettes. C’est la belle idée de l’association Sock en Stock créée en 2017. Redonner vie à nos chaussettes orphelines : les laver, les désinfecter, et ensuite les redistribuer à des associations pour les plus démunis. 

C’est pas difficile quand même : une jaune fluo !

C’est la chasse au trésor. Anna, chaussette rouge à petits pois à la main :

« Il faut retrouver la même. Parce que c’est rigolo de porter des chaussettes différentes, quand on le choisit (…) Parfois on a l’impression qu’on ne va jamais s’en sortir. Le pire c’est les chaussettes de sport avec des traits : un bleu, un vert, un rouge. Et puis une autre : un vert, un rouge, un bleu. Ça, c’est énervant »

Ça rééduque très bien la mémoire. On manipule les chaussettes, et on se dit : celle-là, je l’ai vue ! C’est comme un Memory. C’est rigolo, et très ludique.

Plus d’une tonne de chaussettes triées en 18 mois, plus de 12 000 paires reconstituées. Léa Gonzalès, la fondatrice : « On trie par pointure. On a des toises, donc on arrive à dire quelle est la pointure de la chaussette orpheline ; ensuite on les trie par couleur, par motifs. Ce qui nous permet ensuite de les remarier ».

D’où est née l’idée de Sock en Stock ? 

Léa Gonzalès : « Je suis quelqu’un de plutôt organisé, mais il y avait toujours ce petit sac de chaussettes orphelines, que je gardais, sans vraiment savoir pourquoi. J’en ai parlé autour de moi, et tout le monde m’a dit « Mais, moi aussi j’ai ce sac au fond du tiroir ». Alors je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire ».

Un rappel : les chaussettes ne doivent être ni trouées, ni élimées. Et tout est gratuit. 

(la suite, à écouter)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Cette chronique est une rediffusion du 15 février 2019. Pour écouter, réécouter Les bonnes ondes, cliquez ici.

L'équipe
Contact
Thèmes associés