Rachid Santaki, depuis 5 ans réussit la prouesse d’attirer des centaines de personnes dans les quartiers populaires : et cela non pas pour un concert, ou un événement sportif, mais pour une dictée ! Partout où il passe c’est carton plein. La dernière fois, c'était le 31 mars au Stade de France avec 1500 participants !

Djibril Bodian, laureat de la meilleure baguette de Paris le 26 mars 2015
Djibril Bodian, laureat de la meilleure baguette de Paris le 26 mars 2015 © Maxppp / Céline Carez/PHOTOPQR/LE PARISIEN

Des enfants des parents des grands-parents et surtout – c’est le plus étonnant – des adolescents ! Des gamins de cités, capuches sur la tête, qui viennent se friter sur du Balzac, du Victor Hugo, du Saint Exupéry…

L’orthographe en général, c’est plutôt la bête noire, voire le cauchemar dans nos souvenirs d’écoliers… Quel est le secret de Rachid Santaki ?

D’abord, ses dictées ne sont pas notées. Avec lui on s’amuse. On compte juste les fautes. Ca dédramatise. C’est ça qui fait "kiffer la dictée" son expression favorite.

Et puis deuxième secret :  Rachid Santaki, avec l’orthographe met tout le monde « d’accord » : Conjuguons ensemble mixité, solidarité et lutte contre l’isolement quel que soit l’âge de celui qui tient le stylo

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.