L'une s'appelle Vanessa, l'autre Vitalia. Les deux femmes ont rejoint le collectif des "Mutilés pour l'exemple" fondé en avril dernier pour dénoncer les violences policières en marge des manifestations. Collectif qui appelle à une marche ce dimanche à Paris.

"Stop à l'ultra violence"
"Stop à l'ultra violence" © Radio France / Sandrine Oudin

La première a 34 ans, la deuxième 46. Elles marcheront dimanche aux côtés de Robin, d'Alexandre, de Patrice, de Vincent, de Jacky, de Patrick...

Comme eux, les deux femmes ont été blessées lors d'une manifestation et comme eux, elles ne veulent pas en rester là.

Objectifs de la marche : dénoncer une "répression policière disproportionnée" lors des manifestations, "gilets jaunes" ou pas "gilets jaunes", demander l'interdiction des "armes de guerre" que sont selon le collectif, les LBD ou les grenades GLI-F4 et enfin témoigner "pour que tout le monde sache".

Insomnies, cauchemars, crises d'angoisse ...

Au-delà des blessures physiques, de la perte d'un œil, d'une main, de l'amputation d'un testicule ou de la perte de l'ouïe ou de l'odorat, Vanessa et Vitalia veulent témoigner du traumatisme qu'ont eu sur elles leurs blessures.

Pourquoi nous ?

Voilà ce qui s'est passé...

La suite à écouter

Le collectif qui appelle tous les citoyens français à se joindre à la marche ce dimanche. Le rendez-vous est fixé à 11 heures place de la Bastille à Paris.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.