La punition c’est la grande différence qu’il y a entre les histoires et le monde réel.

Je reviens vous parler de story-telling

Sauf que tout à changer ici à France Inter. On a de Caunes l’après-midi. Demorand le matin. La station s’est annobli : Charline von Vanhoenacker.

Ah se réveiller le matin avec Demorand, vraiment, la grille de 2006, elle super.

Même ici, dans cette émission, tout est chamboulé. Vous avez changé le titre. Guillaume Meurice n’est plus là. Enfin pas là. Alors que Vizorek, lui, il est partout. A la Pépinière. Aux Inrocks. Chez Ardisson. On sait bien qui, à cette table, peut se payer l’Iphone X. Sauf que malheureusement le programme de reconnaissance faciale de l’Iphone n’arrive plus à prendre en photo toute la tête d’Alex.

Il n’y a que Juliette qui ne change pas. Elle et Rod Stewart.

Revenons à nos petits moutons d’histoire, dont la laine amoureusement tondue par les grands de ce monde servira, gageons-le, cette année encore, à tricoter la grande écharpe de ces récits qui nous réchauffent et que l’on se plait à nous enrouler autour du cou, telle la corde, le pendu.

Le thème du jour, ce sont les punitions.

La punition c’est la grande différence qu’il y a entre les histoires et le monde réel.

Au cinéma par exemple, les méchants sont toujours punis. Alors que dans la vraie vie, Laurent Wauquiez court encore.

Au cinéma, quand un illuminé veut faire sauter la planète, James Bond, ou Sylvester Stallone ou François Cluzet, si l’illuminé habite en région Île de France… enfin, quelqu’un arrive et l’empêche de faire détruire le monde et le punit.

Alors que dans la vraie vie, Kim Jong Un par exemple, personne visiblement ne le punit. Il a été privé d’Ipad pendant toute une semaine, mais ça n’a servi à rien. Il est turbulent.

Il a encore testé un missile ce matin et la semaine dernière il a même déclaré :

Je vais infliger aux Etats-Unis la plus grande douleur de toute leur histoire

Trump a immédiatement répondu :

Ah ben non, ça c’est moi

On voit bien que dans la vraie vie les choses se passent à l’envers. Dans la vraie vie, ce sont les méchants qui punissent

La suite à écouter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.