Aujourd’hui 13 février, il est encore temps de fêter l’anniversaire de Jacques Prévert, né le 4 février 1900.

Jacques Prévert dans les rues de Paris
Jacques Prévert dans les rues de Paris © Getty / Giancarlo BOTTI

Et puis avec cette Seine dont on parle tant, cette décrue qu’on attend, et ce zouave qui a porté un gilet de sauvetage. Ça a l’aurait peut être fait rire, ce zouave avec un gilet de sauvetage, ou indigné, à cause du réchauffement climatique. On part ce matin visiter le Paris de Prévert… 

Paris qui l’a tout le temps inspiré, à commencer par la Seine : 

Qui est la toujours là dans la ville   Et qui pourtant sans cesse arrive   Et qui pourtant sans cesse s’en va

C’est un fleuve   répond un enfant   un devineur de devinettes   Et puis l’œil brillant il ajoute   Et le fleuve s’appelle la Seine
 

Jacques Prévert a passé la plus grande partie de sa vie à Paris

Même s’il est né à Neuilly, et qu’il passe la fin de sa vie dans un petit village de La Manche, à Omonville la petite. Il arrive tout gamin avec ses parents, et s’installe d’abord dans le 6ème arrondissement. Son terrain de jeu, c’est le jardin du Luxembourg. Là il est plutôt détrempé, mais l’automne, les feuilles mortes se ramassent à la pelle. C’est un grand terrain de jeu quand on est gamin : 25 hectares. Il y allait souvent, à la sortie de l’école. Quand il allait à l’école. Parce que Jacques Prévert l’aimait plutôt buissonnière l’école… 

Et d’ailleurs, il n’y est pas resté très longtemps. Il est parti dès qu’il a pu, une fois le certificat d’études en poche, à 14 ans. Lui qui a écrit le cancre. Il dit oui à ce qu’il aimen il dit non au professeur. C’est assez amusant d’imaginer qu’aujourd’hui en France, il y a environ 400 établissements scolaires qui portent son nom ! 472 exactement, un peu plus que Jean Moulin… Lui qui n’aimait pas l’école… Il a toujours travaillé au gré de ses envies, et de sa paresse aussi. Des poèmes, des scénarios et des dialogues de cinéma. Drôle de drames, quai des brumes ou son premier film, hommage à sa ville. Il s’appelle souvenir de Paris. 

Et à part les quais de la Seine et le Luxembourg, il y a d’autres endroits que fréquente Prévert ? 

Avec lui, vous pouvez refaire la carte de Paris. Il y a Saint Germain des Près, c’est toujours dans le 6ème qu'il sort avec les milieu intellectuel parisien de la brasserie Lipp ou du café des deux magots. C’était moins chic entre les deux guerres. Quand on n’était pas d’accord, on était pas d’accord et Prévert avait la réputation de balancer des coups de boule pour le faire savoir. Il y a aussi le 7ème arrondissement, avec le magasin Le Bon Marché. Prévert y a travaillé un temps. Il a été renvoyé parce qu’à priori, il a fait des trucs qu’il ne fallait pas trop faire… 

Lui-même s’est dit surpris d’avoir un casier judiciaire vierge ! 

Il y a aussi le 14ème et la rue du Château, où il se réunit avec ses copains surréalistes. Le 18ème, derrière le Moulin Rouge. Il y a du Prévert dans presque tout Paris, mais curieusement, il n’y a qu’une rue Jacques Prévert, toute petite et presque cachée, dans le 20ème arrondissement, derrière le Père Lachaise. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.