Un lieu. Un artiste. Une inspiration. Thomas Chauvineau nous emmène en voyage avec un auteur, un plasticien, un cinéaste, à la rencontre du lieu qui a inspiré son oeuvre.

Pierre Loti en costume oriental à Rochefort en 1895
Pierre Loti en costume oriental à Rochefort en 1895 © Getty / Paul Popper/Popperfoto

Avec Pierre Loti, c’est invitation au voyage au pluriel… Son surnom déjà Loti… ce serait la reine de Tahiti qui lui aurait donné. Pomaré, avec qui il aurait eu une histoire. Elle lui donne le nom d’une fleur tropicale Loti… Pierre Viaud de son vrai nom deviendra Pierre Loti, grâce à elle.

Les femmes ont beaucoup compté pour lui

Il est spécialiste du mariage temporaire… A Tahiti, il épouse Rarahu, juste pour quelques temps. Pierre Loti, avant d’être écrivain, c’est un marin, il va de port en port… Au Japon, il se marie avant même d’accoster, en prévision, ça se faisait à l’époque, le mariage dure le temps de l’escale. Ça a donné un livre, Mme Chrysanthème. Il cherche une forme de pureté primitive, dans les femmes qu’il rencontre.

Les hommes aussi ont compté

Quand il est reçu à l’école navale de Brest, pour devenir officier de Marine, Il est très proche d’un homme qu’il appelle mon frère… Proche jusqu’où ? on ne sait pas trop.

Difficile de savoir ce qui est vrai ou faux chez Loti… Ses romans racontent en partie sa vie, mais ce ne sont pas des autobiographies. C’était un homme fantasque, il se fardait le visage… il était maquillé de rose souvent… il faisait du cirque aussi… pour sculpter son corps… il aimait aussi se déguiser en autochtone… peut être pour se fondre dans la masse. 

Un fantasque mais qui finira s’il vous plait à l’Académie française…

Remarquez là aussi, il y a un déguisement…  Mais surtout, c’est un voyageur infatigable. On a déjà parlé de Tahiti et du Japon, mais il faut ajouter L’ile de Pâques, la Turquie, le Maroc, l’Egypte, le moyen orient, l’inde, la perse, ou New York, qu’il n’a d’ailleurs pas beaucoup aimé… et parmi ses nombreux voyages, il y a le Sénégal. 

Important ce séjour parce que le Sénégal sera le décor de son premier roman, Le roman d’un Spahi, spahi, c’est un cavalier, un militaire cavalier… Ce roman c’est  l’histoire d’un français, émigré au Sénégal, à Saint Louis, et qui tombe évidemment amoureux d’une femme africaine.  

Il est encore jeune, il a 21 ans, quand il arrive au Sénégal, au bord du Vaudreuil, un bateau à hélice. Et ce pays le fascine. 

Il est fasciné par les pirogues qui traversent le fleuve Sénégal, qu’on peut encore voir aujourd’hui. Il parle de longues pirogues à museau de poisson et tournures de requins . 

Il découvre donc cette ville de Saint Louis, la plus vieille ville coloniale d’Afrique occidentale. A cette époque, il dessine beaucoup. Ces dessins existent toujours ils sont publiés.

Il découvre la nature, très sauvage

On est en 1871. Il devait croiser des crocodiles et des lions, qu’on croise moins aujourd’hui. Il découvre les petits villages de pêcheurs. Tout ça Loti le dessine, puis il racontera dans son roman, qui sera publié bien plus tard.   

Mais son bateau doit repartir… Et il n’est pas bien… il écrit 

Ce soir, je viens ici pour la dernière fois, je vais quitter ce pays […] Ce soir, c’est la tristesse des heures  crépusculaires, au milieu de cette solitude sans fin

Il est jeune, il se remettra vite, et il vivra d’autres aventures, dans tous les sens du terme… Il a eu des funérailles nationales, il est enterré sur l’île d’Oléron, et il a un musée qui lui est consacré, en face, à Rochefort, où il est né. Musée qui vient de lancer un appel au don… Parce que Loti a ramené des dizaines et des dizaines d’objets de chacun de ses voyages. Qu’il faut entretenir et rénover… 

On peut retrouver un reportage consacré à Pierre Loti et Saint Louis du Sénégal, dans l’émission d’Arte Invitation au Voyage, qui passe tous les jours à 16h30. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.