Corleone c’est un village qui existe vraiment, dans la province de Palerme. C’est une ville qui a la réputation d’avoir été le berceau de la mafia sicilienne. La vraie, pas celle du cinéma. Avant d’être un film, le parrain c’est un roman. Et l’auteur du roman Mario Puzo s’est servi de ce village pour baptiser son héros

Corleone
Corleone © Getty / Peterv

Mais Coppola n’a jamais tourné à Corléone pour son film.

Alors où est ce qu’il tourne s’il ne tourne pas à Corléone ? 

Il faut aller sur la côte est de la Sicile, du coté de Taormina. C’est le paysage de rêve. Les eaux de la méditerranée, l’Etna, le volcan qu’on voit au loin, les collines où sont plantés des oliviers ou des citronniers. Et les villages qui sont comme accrochés à des pitons rocheux. Dans le film, c’est Al Pacino qui joue le fils de Don Corleone. Michael. Il quitte New York et vient se mettre au vert en Sicile. 

Coppola pose notamment ses caméras dans un village qui s’appelle Savoca. Avec vue sur l’Etna, enneigé parfois, fumant aussi. Il y a tout autour la garrigue, qu’arpente Al Pacino, encadré par deux gardes de corps fusil à la main.

On peut reconnaître l’église San Nicola de Bari. C’est là que Michael Corleone se marie avec une fille du coin. Appolonia. Vous pouvez aussi retrouver le café Vitelli, sur la place Fossia. Place typique du petit village sicilien, où l'on sent que la vie s’articule.

Dans la film, on s’assassine, mais on respecte la tradition et les sacrements. Les mariages comme les baptêmes où on désigne officiellement, enfin religieusement le parrain. Qui devient une sorte de patriarche, omnipotent, omniscient. Un Dieu en sa demeure. La Sicile c’est une terre encore aujourd’hui très religieuse. 

Coppola a des origines italiennes, mais pas siciliennes !

Si vous voulez aller sur les terres de Coppola, il faut traverser la méditerranée pour aller à Bernalda. Dans la province de Matera. C’est le berceau de la famille. C’est la région que quitte le grand père de Francis Ford, Agostino Coppola. Il fuit la pauvreté et arrive quand il a la vingtaine à New York. En 1904. Et pied de nez de l’histoire, Coppola, le petit fils y est retourné et après avoir fait la carrière que l’on sait à Hollywood. Il a un hôtel là bas, le Palazzo Margehrita. Plutôt chic l’hotel, comme une sorte de revanche sur la vie, comme pour bien montrer que la famille Coppola a réussi, mais qu’elle n’en oublie pas pour autant ses racines ! 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.