Bientôt reconfiné avec mes deux p’tits quinquins, la séance de Thomas Croisière hier c’était… "Bienvenue chez les Ch’tis" de Dany Boon.

"Bienvenue chez les Ch'tis" est avec 20 millions d’entrées et 3 millions de DVD le plus gros succès du cinéma français en France.

Mais aussi le 3ème mondial, juste derrière Intouchables et Amélie Poulain, puisqu’il engrangea 250 millions de dollars de recettes. Ce qui fit de Dany Boon l’acteur européen le mieux payé de l’histoire. Surclassant même en 2008, Brad Pitt et Tom Cruise, le Thomas Croisière américain.

Et pourtant, ce film fut tourné dans une langue « étrangère »

Gaston : Ce qui est bizarre c’est que le « Ch’nord », c’est le Ch’nord de la France et pourtant c’est vraiment une autre langue, c’est quand même une autre langue donc la France est divisée en deux. C’est un complot !

Pas un complot, un patois qui concerne 6 millions de Haut-Français dont leur mamie avec qui nous l’avons regardé

Alfred : Parce qu’en fait, Maddy c’est une ch’ti et elle vit dans le nord

Gaston : Dans ch’nord

Elle se prénomme Danièle, comme la mère de Dany Boon. Enfin sa mère biologique car dans le film, c’est Line Renaud, originaire comme lui d’Armentières - 59 280 - qui à 80 ans a dû réapprendre le Ch’ti

Alfred : Le Ch’ti mi, c’est du japonais…

Gaston : Hein biloute hein. En fait, on dit « hein » à chaque fin de phrase et biloute c’est le surnom. Biloute, hein, biloute ? Après on dit « mi » pour moi et « ti » pour toi. Aussi, on ne dit pas le ou la, on dit « l’ » ou ch. Dans « l’chud ». Le coco colo. Du coco colo, c’est ce qu’il a dit. Non, du coca cola. Non du coco colo. Oui, du coco colo, c’est ce qu’il a dit (rires)

Après avoir constaté qu’avec les frères Dardenne et Germinal, le Nord était cinématographiquement associé aux drames, alors qu’avec Marcel Pagnol et Taxi, le Sud était abonné aux comédies, Dany Boon prend un brillant contre-pied à la Tony Vairelles 98 en installant une farce à Bergues – 59380 – où Kad Merad, le directeur de la poste de Salon de Provence est muté pour mesure disciplinaire

Alfred : C’est l’histoire d’un mec, il a une maison dans le sud, mais il voudrait déménager. Là, il était content et tout sauf que là, il y a un handicapé qui a pris sa place. Du coup, il va se faire passer pour un handicapé. Du coup, il réussit après à faire croire au médecin, il fait : « C’est difficile pour nous aux handicapés » et après il fait « Merci beaucoup » et il se lève et il serre la main, et il fait « Oh… ». Du coup, il va se faire exporter deux ans dans le Pas-de-Calais. C’est le nooord

Le Nooooord fabulé à Kad Merad par Michel Galabru dans une mythologique scène en clair-obscur à la Brando d’Apocalypse Now pour évoquer ces fadas de « Chetimi »

Alfred : Du coup, il arrive chez les Ch’tis. Ils vont à la friterie

Gaston : A la baraque à frites, c’est pas une friterie, c’est la baraque à frites

Dans le prolongement de son spectacle Dany Boon à s’baraque et en ch’ti, les scénaristes construisent un buddy movie qui intronise le clown blanc Kad Merad et l’Auguste Dany Boon au Panthéon des meilleurs duos de comédie aux côtés de Bourvil/de Funès, Réno/Clavier ou Depardieu/Richard.

Alfred : Les deux héros principaux, ils jouaient bien

Gaston : Ils jouaient bien, je les ai bien aimés, j’aimais bien leurs caractères

Alfred : Par contre Maddy a trouvé qu’il y en avait un qui faisait quelques fautes de ch’ti

Mais on s’in fout parce que nous zaute, on a ri comme des bouchus. Et puis, on a brait un peu aussi – mi à chaque fois que j’intinds Les Corons au Stade Bollaert - et puis parce qu’un étranger qui vient dans le nord pleure 2 fois : quand il arrive et quand il repart.

Vive le cinéma !

L'équipe
(Ré)écouter La chronique de Thomas Croisière