Comme Elvis ouvrant ses concerts, les Croisière ont modestement choisi le Zarathoustra de Richard Strauss pour parler de "2001, l’odyssée de l’espace" de Stanley Kubrick.

Toi qui comme Vizorek te fourvoies en classant ce classique dans la case « intello-chiant », sache que cette séance fut une odyssée ludique

Alfred : Au début, on s’amusait à dire : « Ah là, c’est la roue playmobil » alors que c’était un vaisseau en forme de roue playmobil. Et « Là, c’est la guimauve » parce que c’était l’hôtesse du vaisseau parce qu’elle était habillée tout en rose avec un chapeau guimauve

L’esthétique du film et ses effets spéciaux mécaniques - qui lui valurent son seul oscar - amusèrent beaucoup mes enfants. D’autant plus que 2001 s’intitule ainsi car son action principale se passe 33 après la sortie du film en 1968. Un an avant le premier pas de l’homme sur la lune

Alfred : Papa, il nous a appris qu’il y a certaines personnes qui croyaient avant, avec Neil Armstrong, etc. que c’était le même réalisateur qui avait fabriqué toutes les images du premier pas sur la lune, tellement c’était bien fait ce film

Initions très tôt nos enfants aux théories du complot. Ashtague nous sachons ! Cette homérique odyssée spatiale débute à l’aube de l’humanité

Gaston : Si vous voyez des singes sur la première planète et qu’après vous voyez des vaisseaux spatiaux avec des hommes dedans, ne vous étonnez pas. Parce qu’en fait, les singes, c’est pour montrer l’évolution, parce qu’en fait, on n’en a pas l’impression, en fait, c’est bien après quand vous voyez le vaisseau avec l’os

Cet os, premier outil des grands singes que mes fils appellent les « ougawouga »

Gaston : Le ougawouga qui a trouvé l’os et qui a tabassé un…

Alfred : (rires) ah oui, un autre ougawouga. Y en a un ils le tabassent et après, ils vont faire face aux autres ougawouga, pendant qu’il y en a un, il fait…

Gaston : Ils font à la queue-leu-leu. En fait, il y en a un qui a tabassé un ougawouga, l’autre il tape, un autre il tape (rires). C’est trop drôle

On se marre aussi devant 2001. Pour Kubrick, notre odyssée de l’espèce débute par ce meurtre fondateur, notre péché originel et se poursuit par un lancer d’os pour LE raccord le plus célèbre de l’histoire sur un satellite qui semble tomber dans la même trajectoire que l’os

Gaston : Ca parle de que quand on découvre qu’on tape avec les os et après qu’on a des machines qui vont dans l’espace et tout ça

Même si Arthur C Clarke, auteur du livre et coscénariste a déclaré : « Si vous dîtes que vous avez compris 2001, c’est que nous avons échoué car nous voulions que le film pose plus de questions qu’il ne donne de réponses », mon fils de 8 ans a compris cet artifice de montage qui permet de compresser 4 millions d’années car avant de dilater l’espace, Kubrick dilate le temps

Gaston : Moi au début, je disais : « Mais allez, dépêchez, là, on n’a pas que ça à faire ». Tu m’étonnes que ça dure 2h30 si ces scènes prennent autant de temps, mais en fait, je pense qu’ils ont fait ça parce que dans l’espace, on va prendre une formule 1, on ne va pas à la vitesse d’une formule 1

« Stanley Kubrick a fait le film de science-fiction ultime et il sera très difficile de faire un meilleur film. D’un point de vue technique Star Wars peut lui être comparé, mais personnellement, je pense que 2001 lui est très nettement supérieur ». Et c’est George Lucas qui dit ça ! Car le 2ème chapitre du film nous emmène dans les étoiles avec pour fil rouge un monolithe noir

Gaston : Il m’a rappelé le Grand Voyage du Chninkle

Alfred : Le grand pouvoir

Gaston : Le grand pouvoir du Chninkle

Oui, on le retrouve dans la BD de Van Hamme et Rosinski, car 2001 est omniprésent dans la pop culture. Du Space Oddity de Bowie à La folle histoire du monde de Brooks, en passant par Alien, Bob l’éponge, Final Fantasy, Interstellar et même Parker Lewis ne perd jamais, ce film est une pierre angulaire de nos Humanités. Pierre que nous suivrons par-delà Jupiter et dans Par Jupiter vendredi car comme 2001, notre chronique a un entracte….

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.