Déconfinés comme vous et moi, des auditeurs me partagent leurs souvenirs de cinéma...

Film aux 8 oscars et 4 500 000 entrées France et qu’elle vit…

Son 3 – Avec sa classe

C’est d’aller au cinéma tout court qui paraît improbable aujourd’hui

Son 4 – Révélation

Mozart est partout. Chez mon fromager, Mozart est là, même au cinéma, dans :

Son 5 – Grand Blond

Le Grand Blond d’Yves Robert

Son 6 – Le Truman Show

Le Truman Show de Peter Weir

Son 7 – L’incompris 

Ou encore L’incompris de Comencini

Son 8 – Out of Africa

Out of Africa de Sydney Pollack ou A bout de souffle

Son 9 – Big Leboswki

Et The Big Lebowski des Frères Coen. 

Un extrait du Requiem utilisé dans des dizaines de films et que Salieri écrit sous la dictée de Mozart. 

Car si le personnage central est Amadeus, le principal est Antonio Salieri qui s’exclame avant de mourir : « Pardonne Mozart, pardonne à ton assassin ». 

Un postulat de fiction précise Forman : « Notre  film ne prétendait aucunement offrir un récit réaliste des rapports  obscurs et méconnus de 2 compositeurs. C’était plutôt une rêverie  historique, une construction dramatique, une méditation sur ce qui aurait pu être une histoire divertissante ». 

Son 10 – Disque

6 millions ½ d’albums vendus même si selon l’Empereur Joseph II : « A certains endroits, il y a trop de notes »

Son 11 – Ecriture

Maths impressionnantes avec Mozart puisqu’il meurt à 35 ans en laissant 18 messes, 23 opéras, 41 symphonies… 42 avec L’assasymphonie de L’Opéra Rock

Son 12 – L’assasymphonie

« Je vous mes nuits à l’assasymphonie au Requiem… » 

Oui, ça surprend… Forman déclare : « Faire de la musique le troisième personnage du film fut notre choix le plus astucieux… 

Son 13 – Symphonie 25

… Je  devais découvrir au montage que non seulement la musique de Mozart  avait un effet magique sur les spectateurs, mais qu’elle pouvait aussi  raconter une partie de notre histoire. Ses notes devenaient aussi importantes que les mots de notre scénario ou les  images que nous avions filmées. »

Son 14 – Milos Forman

La Beauté de Vol au-dessus d’un nid de coucou, Hair, Ragtime, Man on the moon, ces films que nous offrit le virtuose Tchèque qui signe ici un chef d’œuvre d’opposition entre laideur et beauté, ombre et lumière, humain et divin puisqu’Amadeus signifie « aimé de Dieu »

Son 15 – Vive le cinéma

Vive le cinéma et merci Stéphanie

(Ré)écouter La chronique de Thomas Croisière