Quelle erreur d'inviter Thomas Croisière, un grand fan de Michel Sardou, le jour de la fête nationale américaine, le jour… des Ricains.

Michel Sardou en concert en 2005
Michel Sardou en concert en 2005 © Getty / Toni Anne Barson Archive

Quelle erreur Amélie de me faire venir le jour de la fête nationale américaine, le jour… des Ricains.

Michel Sardou - Les ricains

Si les ricains n’étaient pas là, vous seriez tous en Germanie. A parler de je ne sais quoi. A saluer je ne sais qui. (Michel Sardou)

Chers auditeurs, vous êtes bien sur France Inter, il est 8h55 et vous écoutez enfin Michel Sardou. 

Michel, honteusement boycotté par radio bobo avec 0 titre programmé depuis le début de l’année contre 4 pour Joe Dassin. Comment le justifiez-vous Amélie ?

Vous en êtes incapable car vous êtes du complot ! Vous, très active sur Twitter avec 3457 gazouillis, prîtes le temps d’écrire sur Miles Davis, mort il y a 30 ans ou sur Lauryn Hill, artistiquement morte depuis 30 ans et condamnée pour fraude fiscale – bel exemple pour vos abonnés – et vous n’avez rien rédigé sur Michel, alors qu’il a toujours payé ses impôts. Et je peux vous dire qu’en vendant plus de 100 millions de disques, on en finance des ronds-points.

Peut-être le blacklistez-vous pour de sombres histoires de famille, Amélie PERRIER ? Car oui, j’accuse ! Vous êtes la sœur cachée d’Anne-Marie Perrier, la 3ème femme de Michel. Je vous ai aisément confondue puisque vous portez le même nom. Perrier ! C’est fou, non ?

Il se murmure même que vous auriez soufflé les paroles de la parodie de Renaud, lui d’ordinaire plus pastis que pastiche.

Renaud - Si les ricains

Si Michel Sardou n’était pas là. Le show-business sentirait bon. C’est peut-être un peu dire c’que j’dis là, mais j’ai pas d’pitié pour les cons. (Renaud)

Renaud, toi à qui l’Etat prête 5 milliards d’euros et qui prévois de supprimer 4600 emplois en France, je te le dis sans ciller : t’as aucune leçon à donner à Michel !

Et vous savez ce qui me tue, Amélie ? C’est que si cette antenne était moins dogmatique, moins sectaire, vous auriez tant appris de lui, le Nostradamus du XXème siècle, qui dès 1992 nous prédisait nos 55, il a bien dit 55, jours de confinement... 

Michel Sardou – 55 jours 55 nuits

55 jours, 55 nuits, presque 2 mois de vraie folie. (Michel Sardou)

J’entends déjà vos arguments de journalope mallarméenne : « Un coup de dé jamais n’abolira le hasard », mais Michel désamorce lui-même cet argument fallacieux…

« Chacun reprend sa vie normale, la parenthèse était géniale, le hasard ne revient jamais, personne ne pleure, tout l’monde le sait » (Michel Sardou) 

La question du hasard, elle est vite répondue. Michel avait tout prévu et, vous, n’avez rien comprendu.

Chacun a repris sa vie normale et personne n’a plus le luxe de pleurer car il faut aller les chercher avec les dents – même quand on en a plus - les 10 points de PIB perdus. 

Michel savait que le monde d’après n’arriverait jamais. Et vous l’auriez su, si vous l’aviez écouté. 

D’ailleurs, vous savez quoi ? Même si demain c’est dimanche, pour éviter que la France ne soit plus qu’un corps-mort pour des cormorans, je reviendrai bosser à vos côtés Amélie, vous, dont le prénom signifie « travailleuse » en germain, mais ça, grâce aux ricains, nous sommes finalement peu à le savoir…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.