Confiné volontaire avec mes 2 palefreniers, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier c’était...

Princess Bride de Rob Reiner

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alors que François Truffaut et mon sosie, Robert Redford, s’y étaient cassé les dents, Rob Reiner, auréolé du succès d’estime du documenteur Spinal Tap, et public de Stand by me, parvint à adapter le livre de William Goldman avec son auteur. Mais, quand je prononçai le mot princesse à mes enfants, j’eus autant de succès qu’avec mon gratin de chou-fleur.

Gaston : J’ai trouvé que la princesse était très très très très très cruche

Pauvre cruche de Robin Wright qui, toute auréolée du succès savonneux de la série Santa Barbara, obtint son premier rôle au cinéma. Misogynie ordinaire des enfants Croisière  me direz vous? Evidemment non !

Alfred : J’ai trouvé que le valet de ferme était moche, débile et cruche

Mes fils partageaient donc l’enthousiasme du petit-fils de Peter Falk quand il lui proposa de lui lire une histoire de princesse et de vengeance.

Gaston : En fait, elle se fait enlever par 3 mecs. Un qui est super costaud, un qui est méchant et l’autre,  l’espagnol que j’ai préféré

3 méchants qui enlèvent une gentille, pas de quoi ressusciter Walt Disney

Alfred : J’ai trouvé que c’était un peu comme un conte de fée. Heureusement qu’il y avait Inigo Montoya et le géant. Sinon, ça aurait été tellement ennuyant que ça aurait été plus ennuyant que Blanche Neige

Blanche Neige, elle, est vraiment cruche. Si les héros de Princess Bride sont fades comme mon gratin, c’est pour mieux détourner les codes des contes de fée. En revanche, ils sont entourés de seconds rôles calientes, comme, le catcheur français André the Giant qui du haut de ses 2 mètres 24 et 235 kilos est bigger than fantasy, et le chouchou de tous, le maître d’arme orphelin interprété par Mandy Patinkin, qu’on retrouvera 25 ans et 25 kilos plus tard dans la série Homeland, avec son obsessionnelle vengeance :

Alfred : Bonjour, je m’appelle Inigo Montoya. Tu as tué mon père, prépare toi à mourir

12ème plus grande réplique de l’histoire du cinéma selon moi et le Hollywood Reporter. C’est bien simple : Si à 10 ans, t’as pas vu le duel à l’épée entre Inigo Montoya et le mystérieux homme  masqué, tu as raté ta vie !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Tu ajoutes à ça Miracle Max, cabotiné par Billy Crystal, qui retrouvera Rob Reiner dans Quand Harry rencontre Sally, un homme à 6 doigts, une chanson titre de Willy Deville et une bande originale de Marc Knopfler.  C’est le gars qui joue les solos de Dire Straits que toutes les radios interrompent pour enchaîner sur un titre de Calogero et ça me donne des envies de vengeance! Vous avez là, tous les ingrédients d’un film gratiné qui a, comme sa princesse, un très beau culte.

Alors, vive les princesses et les sultans qui swinguent et vive le cinéma.

  • Légende du visuel principal: Image extraite du film "The Princess Bride" (Rob Reiner, 1987) © AFP / 20TH CENTURY FOX / Archives du 7eme Art / Photo12 via AFP
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.