Confiné avec mes deux pickpockets, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier, c’était…

L’argent de poche de François Truffaut

C’est à Thiers, 633000, Puy-de-Dôme que François Truffaut tourna en 1976 un de ses plus grands succès public. Lui, qui voulait en finir avec le cinéma de papa, met encore en scène des enfants. 

Gaston : J’ai trouvé que c’était beaucoup fait avec des enfants ce film

C’est normal mon chéri, c’est un peu le projet. Et parmi ces enfants, il y a un nouvel élève que le directeur de l’école qualifie de « cas social ». 

Alfred : Un peu le héros, Leclou, c’est un petit garçon, c’est son nom de famille Leclou et bien je l’ai trouvé moyennement sympa

Gaston : En même temps, il avait la vie dure, mais c’est pas une excuse parce qu’il vole tout l’argent de poche des gens mais en même temps, il doit vivre comme ça

Pauvre Leclou victime des maltraitances de sa maman marteau. Et François Truffaut connait son sujet, lui l’enfant rejeté. Des 400 coups à L’enfant sauvage, la figure de l’enfant est omniprésente dans l’oeuvre de celui qui déclarait : « Je ne me lasse pas de tourner avec des enfants. Tout ce que fait un enfant sur l’écran, il semble le faire pour la première fois ».

Tout comme le jeune Patrick tombant amoureux pour la première fois de la femme du coiffeur.

Gaston : Je trouvais que c’était très bizarre qu’un enfant de 8 ans tombe amoureux d’une fille de 45 ans. Il rapporte un bouquet de fleurs et là elle lui dit : « Tu remercieras bien ton papa » alors que pas du tout

Patrick, aussi désarçonné que le jeune Doinel face à l’apparition de Fabienne Tabard dans Baisers volés car l’autre obsession de Truffaut ce sont les femmes lui qui déclara : « Les femmes sont magiques alors je suis devenu magicien », et c’est habité par son oeuvre qu’après l’amour, je fais souvent comme Houdini, je disparais. 

Lui, rend un hommage au fou chantant en habillant son film des Enfants s’ennuient le dimanche. 

Charles Trenet dont il disait : 

J’aime ses chansons davantage que toutes celles qu’on peut entendre en France car elles rendent dérisoire la vieille querelle de la forme et du fond car elles sont en même temps une forme et un fond »

J’ajouterais, un peu comme chez Michel Sardou.

Si Jean-Paul Grousset du Canard enchaîné lui reprochant son manque de scénario traita L’argent de poche de « menue monnaie », le New-York Times le qualifia de « Travail majeur en notes mineures » car il est une succession d’observations qui nous emmène de la première tétée aux premiers baisers. Et puis il y a ce bébé qui énerva tant mes enfants et à qui tous les parents doivent un interminable moment de tension.

Gaston : Et il y a un petit bébé que j’aime pas du tout. Il a l’air très très très énervant et ce que j’ai pas aimé c’est qu’il jette son chat depuis le 8ème étage de son immeuble. La seule fois où il a été mignon, c’est quand il est tombé de l’immeuble dans les feuilles et il a dit : « Ca fait boum, ça fait boum »

L’argent de poche confronte l’innocence de la jeunesse à l’âpreté de la vie d’adulte. 

Alfred : J’ai bien aimé le discours de fin du professeur. Il se dit que le monde n’est pas fait que de justice, y aussi beaucoup d’injustice. Souvent envers les enfants et que si les enfants pouvaient voter, on aiderait plus les enfants.

Ce bouleversant discours, c’est Jean-François Stevenin, ancien assistant de Truffaut, qui le porte avec ces mots qui résonnent tant aujourd’hui :  

La vie est dure mais elle est belle puisqu’on y tient tellement. Il suffit qu’on soit obligé de rester au lit à cause d’une grippe ou d’une jambe cassée pour s’apercevoir qu’on a envie d’être dehors, de se balader, de s’apercevoir qu’on aime vraiment beaucoup la vie »

Et derrière Jean-François, c’est François qu’on entend conclure par :

Le temps passe très vite et un jour, vous aussi, vous aurez des enfants. Alors j’espère que vous les aimerez et qu’ils vous aimeront. A vrai dire ils vous aimeront si vous les aimez et si vous ne les aimez pas, ils reporteront leur amour ou leur affection, leur tendresse sur d’autres gens ou sur quelque chose d’autre. Parce que la vie est ainsi faite : qu’on ne peut se passer d’aimer et d’être aimés »

Vive les enfants et vive le cinéma !

  • Légende du visuel principal: Le cinéaste François Truffaut avec les acteurs de son film "L’argent de poche" en 1976. © AFP / LES FILMS DU CARROSSE / LES PROD / COLLECTION CHRISTOPHEL
Programmation musicale
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.