Confiné volontaire avec mes 2 félins pour l'autre, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier c’était...

Lion de Garth Davis

Qui contrairement à ce que peut laisser penser son titre n’est pas un documentaire animalier. Il vous faudra attendre les 2h09 du film pour en comprendre la signification. Remarquez, vous pouvez aussi demander à Siri ou Google dont l’application Google Earth est un des éléments narratifs essentiels du film

Gaston : C’est l’histoire d’un petit garçon, c’est une famille qui a pas d’argent donc ils volent du charbon pour le vendre au marché et comme ça ils ont de l’argent. Ils achètent du lait et tout ça. Et un jour, il supplie son frère d’aller avec lui pour le travail de nuit et en fait il s’endort sur un banc parce qu’il est trop fatigué. Et là, le matin, il cherche son frère dans le train et le train démarre et en fait, il va à 1600 kilomètres de chez lui et en plus c’est une histoire vraie

L’histoire vraie de Saroo Brierley perdu à 5 ans au milieu de Calcutta et des années 80, puis adopté par une famille australienne interprétée ici par Nicole Kidman toute en yeux rougis et David Wenham qu’on aime aussi avec les cheveux longs du Faramir de Peter Jackson

Gaston : J’ai pas trop aimé parce que c’était triste comme papa

Papa : Triste comme papa ?

Gaston : Non comme papa, t’as pas aimé parce que c’était triste

C’est pas que je n’aime pas, c’est que comme quand je le vis au cinéma en 2016, j’ai passé pas mal de temps avec de l’eau dans les yeux.  D’ailleurs, pour pleurer sur commande, il me suffit de repenser à la petite frimousse de Sunny Pawar qui crie « Guddu... Guddu... Guddu » et non, ce n’est pas le cri de la lesbienne le soir au fond des bois, mais le prénom de son frère.

Mon cadet, lui, a beaucoup moins d’états d’âme.

Gaston : Moi je serais pas si triste que lui si je perds Alfred parce que j’aurai la Switch à moi tout seul, mais je serai quand même un petit peu triste

La vérité, c’est que ce film n’est pas triste, il est émouvant et Garth Davis sait jouer du violon, de la larme et du gros plan. Ce qui lui valut 6 nominations aux Oscars dont celle du meilleur film pour son premier long-métrage. Il sait aussi nous embarquer dans une histoire filmée à hauteur d’enfant, à la hauteur du regard du petit Saroo. En revanche, lorsqu’il est plus grand et interprété par Dav Patel, la star de Slumdog millionaire, il fait moins l’unanimité chez mes garçons

Alfred : J’ai bien aimé le début mais pas la fin où il était grand. Parce que quand il était grand, il y avait des histoires avec une fille, après il en a marre (soupir) c’est pénible

Et tu as raison mon chéri parce que moi aussi j’en ai ras la casquette - de capitaine - des comédies romantiques. Lion est une belle histoire de fratrie, une bouleversante histoire de famille et une haletante histoire de quête, qu’elle soit de racines comme d’identité. 80 000 enfants disparaissent chaque année en Inde et tous n’ont pas la chance, comme Saroo, de connaître une fin joyeuse

Gaston : J’ai été joyeux à la fin du film, non mais son frère, il a, alors...

Alors oui, tais toi ! Et si vous voulez chialer dans la joie, regardez Lion. En revanche, si vous voulez chialer tout court, regardez LE Lion avec Dany Boon et Phlippe Katerine.

En attendant, indien vaut mieux que deux tu l’auras et vive le cinéma !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.